Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



RDC: démission du Premier ministre Augustin Matata Ponyo, première étape prévue d'un accord politique

En application de l'accord sur le report à 2018 de la présidentielle en République démocratique du Congo (RDC), le Premier ministre Augustin Matata Ponyo a démissionné. Le prochain chef de gouvernement doit être issu de l'opposition.



RDC: démission du Premier ministre Augustin Matata Ponyo, première étape prévue d'un accord politique

Le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo, a annoncé, lundi 14 novembre, avoir démissionné pour permettre la nomination d'un chef de gouvernement issu de l'opposition en application d'un récent accord sur le report à 2018 de la prochaine présidentielle en République démocratique du Congo (RDC).

« J'ai déposé ma démission du Premier ministre ainsi que des membres de mon gouvernement [...] pour répondre à l'esprit et à la lettre de l'accord » passé avec une frange minoritaire de l'opposition, à déclare Augustin Matata, à la sortie d'une audience auprès du président Joseph Kabila.
 
Cet accord conclu le 17 octobre entre la majorité et une frange minoritaire de l'opposition prévoit la constitution rapide d'un nouveau gouvernement, dont le poste de Premier ministre devrait revenir à une « personnalité de l'opposition », selon Edem Kodjo, facilitateur des négociations. Vital Kamerhe, ancien directeur de campagne de Joseph Kabila lors de la présidentielle de 2006 et chassé de la majorité en 2008, fait figure de favori.
 
L’ancien vice-président de la République Azarias Ruberwa est lui aussi pressenti pour ce poste de transition qui, selon les termes de l’accord, devra aller jusqu’à fin avril 2018.
 
Le parti d'opposition historique, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d'Étienne Tshisekedi, a toutefois rejeté les termes de l’accord. Réunie dans un « Rassemblement» constitué en juin, la majeure partie de l'opposition avait en effet refusé de participer au «dialogue national», y voyant une manœuvre du pouvoir pour une présidence à vie de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001.

AFP

Lundi 14 Novembre 2016 - 11:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter