Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



RDC: l'engagement de Denise Nyakeru Tshisekedi contre les violences sexuelles

La République démocratique du Congo ne doit plus être la capitale du viol. Engagement de Denise Nyakeru Tshisekedi, l’épouse du président Félix Tshisekedi, qui devient responsable de la prévoyance de la violence sexuelle liée aux conflits. Une cérémonie a été organisée, hier, mardi 3 décembre, à Kinshasa sous les auspices des Nations unies. C’est une cérémonie très sobre qui a été présidée par la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU sur la question des violences sexuelles en période de conflit. Il faut espérer que la nominée joue véritablement son rôle en faveur des femmes violées et des enfants nés de ces viols.



Selon l'envoyée spéciale du secrétaire général des Nations unies pour les violences sexuelles en zone de conflit, Pramila Patten, la première dame de la RDC a répondu favorablement à l’invitation pour soutenir les efforts des Nations unies. Denise Nyakeru Tshisekedi s’est montrée également très sensible au sort des victimes rejetées par leurs familles tout comme leurs enfants nés du viol. Une cause noble, a dit Pramila Patten : « Les violences sexuelles menacent la vie et le bien-être des personnes, ainsi que des communautés, et ne peuvent être tolérées ni ignorées. »
 
Un « carnage »
 
Réponse de Denise Nyakeru Tshisekedi : « À mon humble avis et pour davantage casser l’ignorance, les violences sexuelles en temps de conflit se doivent d’être entendues comme étant un carnage avec des conséquences désastreuses ». Pour la première dame de la RDC, les choses doivent changer : « Rappelons-nous et prenons cet engagement : la honte doit être bannie, le crime puni et la justice rétablie. La République démocratique du Congo ne doit plus être la capitale mondiale du viol. »
 
Selon l’ONU, malgré les efforts contre les violences sexuelles, des enquêtes menées sur le terrain ces deux dernières années démontrent que ces violences à l'encontre des femmes continuent à être utilisées comme une arme de guerre.

RFI

Mercredi 4 Décembre 2019 - 08:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >