Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Regarder un match peut entraîner des niveaux de stress physiques dangereux (étude)



Regarder un match peut entraîner des niveaux de stress physiques dangereux (étude)
N'importe quel supporteur connaît cette situation : celle où il commence à transpirer quelques minutes avant le coup de sifflet final alors que son équipe est à deux doigts de remporter le match ou, mieux, de gagner une compétition. Le suspense est à son paroxysme, et le stress l'envahit. Mais ce stress, parfois exaltant, peut se révéler particulièrement dangereux pour la santé. C'est ce que montre une étude de chercheurs de l'université d'Oxford, publiée dans la revue Stress and Health, et repérée par LCI.

Pour aboutir à cette conclusion, les auteurs de l'étude ont analysé les taux de cortisol, une hormone du stress, dans la salive de plusieurs supporteurs au cours de la Coupe du monde du Brésil de 2014, avant, pendant et après les matchs, notamment durant la défaite rocambolesque du pays hôte en demi-finale face à l'Allemagne (1-7). Pour les fans qui vivent très intensément les rencontres de leur équipe, les taux de cortisol ont alors explosé, entraînant par la même occasion plusieurs risques pour la santé.


Prise de poids et arrêt cardiaque
Si le cortisol est essentiel pour lutter contre le stress au quotidien, sa trop forte concentration peut conduire à une efficacité réduite du système immunitaire (conduisant à des toux ou même à des allergies). Elle entraîne également une prise de poids et une tension artérielle accrue menant potentiellement à des maladies cardiaques. Comme le souligne l'étude, de précédentes recherches avaient rapporté une augmentation des arrêts cardiaques chez les supporteurs les jours de matchs importants.

Contrairement aux idées reçues, il n'y aurait par ailleurs « aucune différence de concentration de cortisol » en fonction du sexe. « Les femmes sont même légèrement plus liées à leur équipe nationale que les hommes », note la Dr Martha Newson, chercheuse au CSSC (Centre for the Study of Social Cohesion) de l'université d'Oxford. Pour les supporteurs qui suivront l'Euro 2020 de football, qui se déroulera du 12 juin au 12 juillet prochains, il faudra ainsi penser à relâcher un peu la pression !
le Point.fr

Salif SAKHANOKHO

Samedi 25 Janvier 2020 - 13:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter