PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




(Revue de presse du lundi 19 décembre 2016) Me Wade rend hommage au sculpteur sénégalais Ousmane Sow



(Revue de presse du lundi 19 décembre 2016) Me Wade rend hommage au sculpteur sénégalais Ousmane Sow
Le chef de l’Etat occupe une bonne partie de la UNE de la presse sous plusieurs angles. Sur sa visite d’Etat en France, le SOLEIL informe qu’hier à sa descente de l’avion, Macky Sall a eu droit à un accueil populaire notamment des militants de son parti. Aujourd’hui dans son programme, la visite à Strasbourg au siège d’Alstom qui vient de gagner la réalisation du Train express régional (Ter) du Sénégal, avant d’être accueilli au Musée du Quai Branly de Paris. LIBERATION qui met à la UNE « le Paris d’honneurs » de Macky Sall, revient « sur l’agenda fort chargé qui attend le président Sall et sa délégation ». L’OBS parle de la fausse polémique sur le protocole avec l’absence du président Hollande à l’aéroport Paris-Orly. Le président sénégalais a été reçu par Annick Girardin, ministre de la Fonction publique. Mais le journal se pose une question : combien sont-ils les chefs d’Etat en visite d’Etat, à être reçus à leur descente d’avion par le président français ? Aucun ou presque, répond le journal.

On parle de Macky Sall ailleurs. A la UNE de VOXPOPULI et de WALFQUOTIDIEN, c’est Mamadou Lamine Diallo, coordonnateur de « Mankoo Wattu Senegaal » qui déclare que « le président Sall coûte 40 millions de Fcfa par jour au contribuable sénégalais ». Ainsi face à nos problèmes, Mamadou Lamine Diallo, soutient que le chef de l’Etat est suffisamment payé pour régler les problèmes des sénégalais.

Macky Sall est à la UNE du journal LES ECHOS qui reprend une interview de ce dernier dans Jeune Afrique. Dans le magazine, le chef de l’Etat déclare que « mon principal opposition est ce qu’on appelle le parti de la demande sociale. Mon souci, c’est la satisfaction des besoins fondamentaux de nos concitoyens ». Sur le cas Aliou Sall, il trouve que les sorties contre sa personne sont injustes « mais c’est ainsi, son frère est président et il doit en tenir compte ».

La situation en Gambie est aussi au-devant de l’actualité. SUDQUOTIDIEN informe qu’à l’issue de la 50e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement, tenue le 17 décembre à Abuja, la CEDEAO met en gare Jammeh et l’invite à accepter le verdict des urnes et s’abstenir de tout acte de nature à compromettre la transition et le transfert pacifique du pouvoir, le 19 janvier prochain au président élu. Ce qui fait dire au QUOTIDIEN que « la Cedeao installe Barrow le 19 janvier prochain ». D’ailleurs dans l’AS, « Barrow a mis en place un comité pour préparer sa cérémonie de prestation de serment le 19 janvier prochain », indique le porte-parole de sa coalition Khalifa Salla. DIRECT INFO pour sa part trouve que « Macky corrige Mankeur Ndiaye sur ce dossier » car « après la sortie très fracassante de Mankeur Ndiaye suite à la volte-face de Yaya Jammeh, c’est autour du président Macky Sall de tempérer les ardeurs débordantes de son protégé ».

ENQUETE vous présente dans « Tel Quel », Me El Hadji Diouf. Selon le journal, passé le chef de l’Etat, il est sans doute difficile de voir un homme aussi médiatisé que lui. ENQUETE ajoute qu’il n’existe pas un qualificatif pour le cerner, avocat des plateaux télés et comédien à la barre, il est maître dans l’art de surprendre par ses sorties déroutes. Titre à la UNE du journal : Maître buzz !

Me Wade rend hommage au sculpteur sénégalais Ousmane Sow. Dans plusieurs journaux notamment la UNE de la TRIBUNE, on retrouve le texte de l’ancien chef de l’Etat. Dans un extrait, on peut lire que « ministre d’Etat auprès du président de la République j’ai fait connaître Ousmane Sow au Conseil des ministres où personne, y compris le président de la République Abdou Diouf, ne le connaissait. J’expliquai que cet artiste était une fierté pour le Sénégal et qu’il était incompréhensible qu’on l’ignorât alors que, dans les pays développés, en Asie surtout on s’arrachait ses œuvres. Les Japonais, en particulier faisaient une véritable razzia sur les œuvres d’Ousmane Sow ».
 
 


Lundi 19 Décembre 2016 - 08:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter