Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Rumeurs d’enlèvement d’enfants au Gabon: reprise des cours prévue ce lundi

Après une semaine de fermeture, les établissements scolaires de Libreville et ses environs ouvrent à nouveau leurs portes ce lundi 3 février. Les syndicats et les associations des parents d’élèves ont appelé, dimanche, à la reprise des cours.



Les élèves ont déserté leurs établissements suite à des rumeurs d’une vague d’enlèvements d’enfants à la sortie ou sur le chemin de l’école. Les parents d’élèves ont également pris peur, et ont évité d’envoyer leurs enfants à l’école. La situation a été débloquée suite à d’âpres négociations avec le gouvernement.
 
Le président de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves et étudiants du Gabon (FENAPEG), René Menié Mezui a convoqué la presse à son siège pour lancer son appel à la reprise des cours.
 
« Chers enfants, dès lundi 3 février 2020, le chemin de l’école s‘ouvrira de nouveau. Nous pensons que vous faire partir à l’école est ce qu’il y a de mieux pour vous. Chers parents, en convenant de la reprise des cours, ayons toujours à l’esprit que le danger guette encore. Ne baissons pas la garde, car nos enfants représentent notre vrai patrimoine. Protégeons-les. »
 
Les syndicats des enseignants ont lancé le même appel à l’occasion d’une émission diffusée par la télévision nationale.
 
De son côté, le gouvernement s’est engagé à renforcer le dispositif sécuritaire sur l’ensemble du territoire national, à multiplier les patrouilles mobiles sur les trajets souvent empruntés par les élèves et à créer un service de sécurité scolaire.
 
Depuis une semaine toutes les écoles publiques et privées de Libreville sont restées fermées à cause des émeutes qui ont éclaté dans la capitale le 24 janvier dernier suite à des rumeurs infondées d’enlèvement massif d’enfants. Trois personnes ont été tuées suite à ces violences.
 

RFI

Lundi 3 Février 2020 - 08:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter