Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Rwanda: Victoire Ingabire entendue pour «une réunion non autorisée»

Au Rwanda, la principale opposante, Victoire Ingabire, sortie de prison il y a quelques mois à la faveur d'une grâce présidentielle, est-elle de nouveau dans le viseur de la justice de son pays ? Elle a été entendue par la police mardi, officiellement pour organisation d'une réunion publique sans autorisation, selon la police. Ses proches, eux, assurent qu'elle est accusée d'avoir organisé ce week-end une réunion « divisionniste, en vue de créer un groupe armé, voire même terroriste ».



Victoire Ingabire a été entendue par le Rwanda Investigation Bureau, l'équivalent de la police judiciaire dans ce pays, de 11 h à 15h, et n'a été autorisée à rentrer chez elle que plus tard en début de soirée.
 
Selon le porte-parole de la police rwandaise Modeste Mbabazi, elle a été interrogée sur une réunion publique non autorisée qu'elle aurait organisée. Une rencontre que l'opposante rwandaise a eue avec une vingtaine de personnes samedi dans un motel du district de Kirehe dans la Province de l'est, selon plusieurs médias rwandais.
 
Dès le lendemain, la presse proche du pouvoir monte au créneau. Elle publie des témoignages anonymes d'individus qui l'accusent de chercher à recruter d'anciens combattants hutus ou à vouloir favoriser cette ethnie.
 
Des accusations qu'elle a rejetées ce mercredi. Victoire Ingabire assure que c'était « une rencontre entre des individus qui veulent se mettre ensemble pour la construction d'un parti politique ». Le problème, dit-elle, est que « la loi sur les partis politiques ne précise pas la procédure à suivre ».
 
La police rwandaise assure de son côté que l'enquête suit son cours. Dans ce pays, l'organisation d'une réunion publique illégale est une infraction qui est punie par une peine de huit jours à six mois de prison, cette peine est portée à une année et 5 000 euros d'amende s'il y a des circonstances aggravantes.

Rfi

Jeudi 16 Mai 2019 - 10:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter