PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Tchad: les professions judiciaires durcissent leur mouvement

Au Tchad, le système judiciaire est paralysé. Les professions judiciaires libérales ont décidé depuis ce mercredi de durcir leur mouvement entamé il y a plus de deux semaines. La colère gronde toujours malgré un premier geste du gouvernement qui a limogé le gouverneur de la province du Logone oriental, ainsi que trois hauts gradés de la gendarmerie provinciale, considérés comme les responsables d'une fusillade contre un avocat et ses trois clients il y plus de trois semaines à Doba.



Lundi, les plus hautes autorités du pays leur avaient promis que toutes leurs revendications allaient être mises en œuvre très rapidement. Trois jours après, avocats, huissiers et notaires estiment que cela n'a pas été le cas, sauf pour la première qui concerne le limogeage des autorités administratives et militaires impliquées dans cette affaire.
 
Ils ont donc décidé de faire encore plus pression sur le pouvoir en passant à une grève illimitée, explique le secrétaire général de l'ordre des avocats, Me Jean Sirina : « Nous avons décidé de durcir notre mouvement, d’une part parce que les autorités dont nous avons demandé la traduction devant la justice ne sont pas jusqu’à ce jour traduites». Et l'avocat de citer le cas de l'une des personnes relaxées le 22 mai sur décision de justice et immédiatement reprise par les autorités. « Qu’il soit mis immédiatement en liberté ! », lance maître Jean Sirina.
 
Le ministre tchadien de la Justice a fait part de son incompréhension, d'autant dit-il que les revendications des professions libérales judiciaires coïncident exactement avec les recommandations d'une commission d'enquête qui vient de séjourner à Doba.
 
« Nous sommes surpris par cette revendication. Nous avons reçu à deux reprises les représentants de cette profession libérale, avec qui on a vraiment discuté, donné des garanties par rapport à l’exécution de ces recommandations », estime Djimet Arabi.
 
Le garde des Sceaux tchadien les appelle à la reprise du travail, mais les professions libérales judiciaires tout comme les magistrats tchadiens ne veulent pas en démordre.

Rfi.fr

Jeudi 14 Juin 2018 - 12:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter