Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Tuerie d'agriculteurs au Nigéria : ce qu'il faut savoir



Tuerie d'agriculteurs au Nigéria : ce qu'il faut savoir
Plus de 43 personnes ont été tuées dans ce que le président nigérian décrit comme une attaque "folle" dans le nord-est du pays samedi.

Comment ont-ils été tués
Les assaillants ont ligoté des ouvriers agricoles travaillant dans des rizières et leur ont tranché la gorge près de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, selon plusieurs médias.

C'est l'une des pires attaques de ces derniers mois dans une région où Boko Haram et les groupes d'insurgés de l'État islamique en Afrique de l'Ouest sont actifs.

Personne n'a encore revendiqué la responsabilité de cet attentat.

Combien de victimes y a-t-il ?

Nous avons retrouvé 43 cadavres, tous massacrés, ainsi que six autres blessés graves", raconte à l'agence de presse AFP un milicien local qui a aidé les survivants.

D'autres corps auraient été retrouvés par la suite - mais le nombre exact des victimes n'est pas connu immédiatement.

Les sources indiquent également qu'environ 15 femmes ont été kidnappées.

Les victimes sont des ouvriers de l'Etat de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, à environ 1 000 km de là, qui s'étaient rendus dans le nord-est pour trouver du travail, informe un autre milicien.

Le gouverneur de l'Etat de Borno, Babagana Zulum, a assisté aux funérailles des victimes dimanche.

"Il est décourageant que plus de 40 citoyens aient été massacrés alors qu'ils travaillaient dans leurs champs", dit-il aux journalistes.

"Notre peuple est dans des situations très difficiles, il est dans deux conditions extrêmes différentes : d'un côté, [s']ils restent chez eux, ils peuvent être tués par la faim et la famine ; de l'autre, ils vont sur leurs terres agricoles et risquent d'être tués par les insurgés. C'est très triste".

Il a appelé le gouvernement fédéral à recruter davantage de soldats et de membres d'autres forces de sécurité pour protéger les agriculteurs de la région.

Les agriculteurs "ont été attaqués parce qu'ils avaient désarmé et arrêté vendredi un tireur de Boko Haram qui les tourmentait", explique un membre du parlement local, Ahmed Satomi, au journal Premium Times.

Y a-t-il eu d'autres attaques auparavant ?

Les correspondants affirment que les agriculteurs ont déjà été attaqués par des militants du groupe islamiste Boko Haram, qui les soupçonnent de transmettre des informations aux militaires.

Le mois dernier, les combattants de Boko Haram ont tué 22 agriculteurs travaillant sur des champs d'irrigation lors de deux incidents distincts.

Dimanche, six soldats auraient été tués dans une embuscade djihadiste près de la ville de Baga, dans l'État de Borno, selon l'émission Chris Ewokor de la BBC, à Abuja.

Les soldats se rendaient dans la région pour renforcer la sécurité dans un dépôt de distribution de nourriture pour les personnes déplacées par le conflit.

Quelle a été la réaction officielle ?

"Je condamne le meurtre de nos agriculteurs par des terroristes dans l'État de Borno. Le pays tout entier est blessé par ces meurtres insensés. Mes pensées vont à leurs familles en cette période de deuil. Que leurs âmes reposent en paix", indique le président Muhammadu Buhari.

M. Buhari qualifie également "les assassinats terroristes de fous", selon son porte-parole Garba Shehu.

Le porte-parole de la présidence nigériane, Garba Shehu, affirme que d'autres décès pourraient être signalés suite à l'assassinat d'agriculteurs dans le nord-ouest de l'État de Borno samedi.

L'enterrement de 43 victimes a eu lieu dimanche.

"Le gouvernement est triste que ce tragique incident se soit produit ... L'ampleur de ce qui s'est passé, y compris le nombre de morts, pourrait changer", dit-il.

Il indique qu'une opération est en cours pour poursuivre les agresseurs, soupçonnés d'être des islamistes militants.

"La sécurité de la communauté et de la nation n'est pas l'affaire de la seule police, elle doit impliquer tout le monde, même si elle se limite à signaler les mouvements de personnages suspects", ajoute M. Shehu.

BBC

Lundi 30 Novembre 2020 - 14:11


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter