Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Visite de Macky à Thiès ce mardi: comment des responsables APR se préparent à saboter l'accueil



Visite de Macky à Thiès ce mardi: comment des responsables APR se préparent à saboter l'accueil
Le président de la République Macky Sall sera, ce mardi, dans la capitale du rail. Hier jusque tard dans la nuit, plusieurs factions et autres tendances de la mouvance présidentielle menaçaient de perturber la visite du chef de l’Etat. Menace politique ou chantage financier ?

Toujours est-il que certains membres du comité d’accueil et proches du chef de l’Etat, pris de panique, ont alerté : « Monsieur le Président Macky Sall, veuillez renoncer à venir à Thiès si les conditions d’une unité n’y sont pas réunies. Ceux qui ont décidé, contre votre volonté, de remettre en cause la coalition avec Rewmi doivent être lourdement et politiquement sanctionnés. Ils ont dépensé des millions cfa pour vous faire huer. Leur chantage ne saurait passer. Ils méconnaissent gravement les véritables enjeux », écrivent-ils, selon nos confrères du Témoin

Déjà, depuis plusieurs jours, un impressionnant dispositif sécuritaire est en place à l’université de Thiès où un véhicule de l’administration a été brûlé et des bureaux saccagés. C’était lors du dernier mouvement d’humeur des étudiants. Partout dans la ville, des pneus avaient été brûlés. La situation était ainsi vive. Pour parer à toutes éventualités, le dispositif est toujours maintenu à plusieurs endroits sensibles de la ville.

Autrement dit, les autorités prennent au sérieux les menaces des étudiants de perturber la visite présidentielle. D’ailleurs, du fait de la situation tendue qui règne à Thiès, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Cheikh Omar Hann, annoncé ce mercredi 23 juin 2021 pour voir l’état de finalisation des travaux de l’institut supérieur de l’enseignement professionnel (ISEP), a reporté sa visite.

Les étudiants de l’Université Iba Der Thiam de Thiès ne veulent en effet pas entendre parler de cette inauguration par le chef de l’État. Ils disent en effet ne pas comprendre que les chantiers de leur établissement traînent en longueur depuis 2015 alors que, en un temps record, l’ISEP de Thiès a été construit. Le mardi 15 juin 2021, de vives altercations avaient éclaté entre les étudiants de l’Université Iba Der Thiam (Uidt) de Thiès et les forces de l’ordre, occasionnant plusieurs arrestations du coté des contestataires.

Une énième explosion de colère des étudiants et universitaires qui protestaient contre «les retards notés dans la livraison des chantiers». L’Intersyndicale (SAES, SUDES, STESU, SATUC), la Conférence des Présidents des Amicales d’étudiants et le personnel de l’Université Iba Der Thiam (UIDT) de Thiès, avaient observé, au cours de l’année, plusieurs mouvements de grève pour exiger l’accélération des travaux des chantiers à l’arrêt depuis plusieurs années et de meilleures conditions d’études et de travail.

Un affront à l’APR/Thiès
Il n’y a pas que les étudiants de l’Université Iba Der Thiam qui menacent de se faire entendre. D es membres de la première heure de l’Alliance pour la République (APR) veulent également manifester leur courroux que l’organisation de la visite présidentielle soit confiée au parti Rewmi d’Idrissa Seck, ce dernier étant par ailleurs le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

A travers une déclaration, ils rappellent qu’ils ont cru à Macky Sall alors même que son nouvel allié le combattait par tous les moyens. « Nous avons dû faire face à Rewmi et à ses sbires qui ne nous ont fait aucun cadeau, ferraillant ferme avec eux pour notre idéal républicain. Nous avons vécu des jours sombres et des nuits sans sommeil pour bâtir l’APR dans la cité du rail. On a fait front à la toute- puissance d’idrissa Seck pour mettre sur pied l’Alliance pour la République. Aujourd’hui qu’il a rejoint le camp présidentiel, nous sommes relégués au second plan, jouant les rôles de valets, quémandant une place pour accueillir notre leader qu’il a toujours voué aux gémonies », dénoncent ces Aperistes.

Et de poursuivre : « nous de l’APR de Thiès de la première heure, sommes obligés de ronger le frein derrière le Rewmi de Thiès pour participer à la venue de notre camarade secrétaire général. Quelle situation ubuesque ! Seule la politique peut renier autant ses enfants de chair et de sang pour d’autres pris en cours de route qui, à tout moment, peuvent vous tourner le dos. Car, leur engagement est foncièrement intéressé ».

A en croire ces aperistes, si la volonté d’Idrissa Seck s’était réalisée, l’APR ne serait jamais au pouvoir. « Nous, on était là hier, on est là aujourd’hui, on sera là demain et après-demain et on sera toujours là. L’APR c’est nous, même si le pouvoir et les honneurs sont à vous, M. le Président », ont pesté ces déçus du parti au pouvoir.

La coalition des jeunes de l’opposition va accueillir Macky à sa «manière»
La coalition des jeunes de l’opposition compte accueillir le président de la coalition Benno Bokk Yakaar à sa manière. Au cours d’un point de presse tenu jeudi 24 juin 2021, ces jeunes avaient surtout tenu à avertir les nervis du pouvoir pour leur faire comprendre que Thiès n’est pas le Fouta.

Ce lundi 28 juin 2021, le coordinateur du M2D / Thiès, Saliou Ndiaye, a sorti un communiqué de presse pour dénoncer l’arrestation de « Caporal » Ousseynou Fall, membre dudit mouvement. Lequel a été cueilli chez lui par des éléments de la gendarmerie nationale et placé en garde à vue à la brigade de recherches de Thiès.

Saliou Ndiaye et ses camarades demandent sa libération sans conditions et mettent en garde les autorités contre « toute campagne d’intimidation et de chasse à l’homme visant nos membres ».

Pour la petite histoire, tous les présidents de la République à savoir Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade ont eu à essuyer les fameux cailloux du rail « Khérou ray». Le président Macky Sall sera-t-il l’ exception c’est-à-dire le train qui entrera tranquillement en gare sans être… déraillé ou caillassé. Réponse, ce mardi, rapporte le journal Le Témoin.

AYOBA FAYE

Mardi 29 Juin 2021 - 09:45


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter