Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Vladimir Poutine commente l’avenir des forces militaires étrangères en Syrie

Les forces militaires étrangères participant au conflit syrien devraient quitter la Syrie après la victoire sur les terroristes et cela concerne aussi la Russie, d’après Vladimir Poutine.



Les pays qui ont envoyé leurs militaires en Syrie devraient les retirer après la défaite des terroristes, a déclaré mercredi le Président russe Poutine lors d’une séance plénière de la Semaine russe de l’énergie, à Moscou.
Selon lui, rien ne justifiera la présence de forces étrangères en Syrie après la disparition des terroristes de Daech* en Syrie.
Commentant la participation militaire des États-Unis au conflit syrien, M.Poutine a estimé que Washington, qui violait la Charte de l’Onu et le droit international, n’avait que deux moyens de maintenir sa présence en Syrie, à savoir obtenir le feu vert de Damas ou un mandat de l’Onu.
«Il y a deux possibilités pour remédier à la situation. Les États-Unis doivent soit obtenir un mandat du Conseil de sécurité de l’Onu autorisant la présence de leurs forces armées sur le territoire d’un pays tiers, soit recevoir une invitation du gouvernement légal syrien à déployer un contingent en Syrie. Le droit international ne prévoit aucun autre moyen», a noté le Président russe.
 
Les régions du nord-est de la Syrie sont actuellement contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance créée sur la base de groupes armés kurdes et bénéficiant d’un soutien des États-Unis. Damas considère les activités des FDS comme illégales. En juillet, une délégation de représentants politiques des FDS s’est rendue à Damas pour négocier avec les autorités syriennes.

fr.sputniknews.com

Mercredi 3 Octobre 2018 - 15:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Décembre 2018 - 14:26 Des élections législatives sous haute tension