Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



"Wallu Askan Wi": les réponses de Madické Niang aux questions des citoyens

Le candidat Madické Niang s'est présenté ce jeudi à la rencontre citoyenne "Wallu Askan Wi" organisée par le mouvement Y'en a marre au centre culturel Douta Seck. Face aux citoyens présents, il a été questionné sur la Brèche de Saint-Louis, l'accès aux papiers administratifs, le financement partisan et politicien, l'assistance aux personnes à mobilité réduite, les questions sensibles sur l'appartenance ethnique, religieuse, confrérique, la pollution, l'agriculture, la sécurité des frontières, le vol de bétail... Ses réponses !



Sur la brèche...
La brèche elle nécessite des études techniques minutieuses. Mais la seule façon pour arrêter cela est de stabiliser la mer. Il faut également régler la question de l'érosion côtière avant qu'il n'engloutisse nos maisons. Étant un enfant natif de la région Saint Louis je m'engage à régler ce problème.

L'Agriculture...
Le gouvernement a échoué dans sa gestion de l'agriculture. Mais je ferai de telle sorte que les tracteurs soient à la portée des agriculteurs. Et je propose une usine de montage de tracteurs avant que les Sénégalais à l'avenir puisse créer cette machine. La commercialisation de l'arachide sera également réglée . L'agriculture ne doit pas se faire que dans la saison hivernage. Des forages seront mises à leur disposition pour cela.

Le financement...
Les femmes et la jeunesse sont mon fer de relance pour développer le Sénégal. Je suis contre le micro crédit. Parce qu'il vous aident pas à vous former. Je vous lance pas des fleurs mais vous êtes de femme braves. 

Les papiers administratifs...
Moi je parle d'une justice de proximité. Donc c'est pas normal qu'un justiciable rural ait des problème pour se procurer un papier administratif. Et pour ce faire je propose la numérisation. 

Les sensibilités...
La question de la religion, il faut les Sénégalais puisse faire la différence entre religion et la politique. Et moi j'ai pris l'engagement de créer un ministère chargé de la Religion. Parce que cette dernière est importante pour notre pays. Et j'estime que les maîtres coraniques ne doivent pas se limiter à étudier le Coran, mais il leur faut une métier. Les Prophètes avaient des métier et pourtant ils sont instruits.
Quand on m'a chassé de l'université en 1977 et que Senghor a refusé de me donner une passeport pour aller France, je suis allé en Côté d'Ivoire pour continuer mes études.  Et  je me suis rendu compte que c'est "l'Ivoirité" qui a conduit à leur destruction. Je me réclame jamais une personne d'une telle communauté. L'ethnicisme conduit au drame. 

L'architecture
L'architecture, il faut en parler. On ne se glorifie pas de la croissance basée sur des entreprise étrangères comme le fait le gouvernement. Donc je vous promets de mener avec vous la bataille des architectes.

La justice...
La justice est mon premier chantier. Quand on arrive à en un moment où les personnes n'ont plus confiance en la justice la population se chargera de faire justice d'elle même. Et ce sera la monarchie. Moi, personnellement ce que j'ai vécu dans cette justice, j'ai même honte de porter ma robe d'avocat.  Quand je vois Ismaila Madior Fall faire de la politique, j'ai mal au plus profond de moi. C'est un fossoyeur de la justice.

Les personnes à mobilité réduite
Ma politique est basée sur la société. Donc on doit faire de telle sorte que la mendicité des personnes à mobilité réduite cesse. Ces handicapés ont tous quelques choses en eux, un fort dans un domaine. Le travail, c'est ce qu'est la dignité de la personne.

La sécurité...
La sécurité ne doit pas être vue comme le  fait le gouvernement (actuel). Une sécurité qui ne faut que veiller sur le gouvernement et non pour les citoyens. Ce qu'il faut, c'est la sécurité des personnes et biens, c'est ça ma perception de la sécurité.

L'électrification rurale
Je peux pas comprendre au 20e  siècle qu'il existe des villages sans courant. Je  ne peux pas  comprendre comment le gouvernement peux continuer à dépenser de l'argent dans des choses inutiles. Mieux 500. 000 nouveaux pauvres existent maintenant. Et le président ose promettre aux citoyens qu'une fois réélu il va créer 1 million d'emplois.

Fana CISSÉ

Jeudi 21 Février 2019 - 19:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter