​Des tirs entendus à Bouaké

Les habitants de cette ville sont rentrés précipitamment chez eux lorsque les tirs ont éclaté en début de soirée, dans le quartier Sokoura, où se trouve la base du CCDO, le Centre de coordination des décisions opérationnelles.



​Des tirs entendus à Bouaké
Il y a eu des échanges de tirs soutenus, qui ont pris fin vers l'aube de mercredi.
 
Des renforts de militaires sont arrivés la nuit à Abidjan.
 
Mercredi matin, aucun bilan concernant d'éventuelles victimes n'avait été donné.
 
Des tirs ont éclaté dans la mi-journée de mardi déjà. Et selon des sources militaires, il s'agirait d'une rivalité entre deux groupes armés, le CCDO, qui est un corps constitué de militaires, de policiers et de gendarmes dédié notamment à la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme, et de l'autre côté des militaires, dont d'ex-mutins.
 
Les seconds estiment que les premiers jouissent de beaucoup de privilèges.
 
"Une altercation"
 
La semaine dernière, des heurts entre des éléments des forces de sécurité ont fait un mort et un blessé, selon un communiqué des forces de sécurité.
 
Selon le texte, ces heurts ont eu lieu à la suite d'"une altercation".
 
Une enquête avait été ouverte pour "cerner les contours des évènements qui mettent à mal la nécessaire fraternité d'armes devant exister entre toutes les forces armées de défense et de sécurité".
 
L'année dernière, la Côte d'Ivoire a connu des "mouvements d'humeur" menés par ses forces de défense et de sécurité.
 
Près de 10 ans après la guerre civile, le pays s'efforce de restructurer son armée, dont la moitié est issue de l'ancienne rébellion.
 
L'armée ivoirienne est constituée de deux tiers d'officiers, au lieu d'un tiers requis par les normes internationales.

BBC

Mercredi 10 Janvier 2018 - 13:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter