PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




«457 000 moutons en provenance de la Mauritanie et du Mali contre 329 000 en 2016 » (Ministre)

Le Ministre de l’élevage, Aminata Mbengue Ndiaye a présidé ce lundi au Cices, la cérémonie officielle d’ouverture de la 11ème foire internationale de l’élevage, organisée par l’Alliance pour le développement et l’amélioration des races (Adam) du 22 au 31 Janvier, Occasion qu’a saisie le Ministre pour faire le bilan des importations en mouton durant la Tabaski 2017. Selon Aminata Mbengue Ndiaye les importations ont atteint un record. Car soutient-elle, elles sont passées de 457 mille moutons en 2017, en provenance de la Mauritanie et du Mali, contre 329 mille en 2016.



«457 000 moutons en provenance de la Mauritanie et du Mali contre 329 000 en 2016 » (Ministre)
L’Alliance pour le développement de l’amélioration  des races (Adam), a lancé la cérémonie d’ouverture de la 11ème édition de la  foire qu’elle organise chaque année au Cices. La cérémonie d’ouverture de la foire qui durera 10 jours a été présidée par le Ministre de l’élevage Aminata Mbengue Ndiaye. Occasion pour le Ministre de faire le bilan des importations en moutons lors de la dernière Tabaski. Selon la socialiste, les importations ont atteint un niveau jamais égalé car dit-elle : « 457 mille moutons en provenance de la Mauritanie et du Mali contre 329 mille en 2016 », ont été enregistrés cette année. Poursuivant son allocution, l’ancienne mairesse de la ville de Louga ajoute que : « 53 mille réexportés vers la Gambie et la Guinée Bissau contre 36 mille, mais sans conséquence sur notre marché national ». A précisé le Ministre.
La pro Tanor Dieng, a aussi rappelé le programme national pour «l’autosuffisance en mouton » qui selon elle sera exécuté sur une période de dix (10) ans, en deux phases. L’objectif de ce plan selon le Ministre « est de promouvoir la filière des petits ruminants, afin d’accroitre l’offre national notamment en mouton de Tabaski et contribuer à la promotion d’emplois générateurs de revenus ».
 Les activités prévues dans ce programme porte sur l’appui au développement de l’élevage pastoral, grand pourvoyeur de sujets, l’appui à l’élevage urbain pour la relance de l’autoproduction de mouton de Tabaski et le renforcement de la production de géniteur améliorés.      

Assane Walo Gueye (Stagiaire)

Mardi 23 Janvier 2018 - 10:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter