Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



A l'unisson, l'opposition demande à Macky la peau du ministre Aly Ngouille Ndiaye

L’opposition s’est liguée contre Aly Ngouye Ndiaye pour exiger sa démission. Et pour cause, ce dernier a, lors de sa dernière sortie à la 2s Tv, soutenu qu’il fera tout pour que Macky Sall obtienne un second mandat, dès le premier tour à la prochaine élection présidentielle. Ces propos, considérés comme un aveu de taille sur ses intentions de manipuler le scrutin de 2019, méritent selon des partis tels que le Pds, l’Act ou encore Pencoo, qu'il soit remplacé à ce poste par une personnalité neutre.



A l'unisson, l'opposition demande à Macky la peau du ministre Aly Ngouille Ndiaye
Aly Ngouye Ndiaye doit être démis de ses fonctions ! C’est la phrase que l’on retrouve le plus depuis dimanche dans la presse. Cette exigence émanant de l’opposition découle d’une interprétation de sa sortie à la 2s Tv, où il s’était habillé de son manteau de responsable de l’Alliance pour la République (Apr). Ce qui lui avait permis de soutenir qu’il ferait tout son possible pour que Macky Sall passe, avec la manière, à la prochaine présidentielle.
 
Ne l’entendant pas ainsi, le Parti démocratique sénégalais (Pds) est monté au créneau pour le descendre en flamme. En effet, pour Oumar Sarr et Cie, «déjà empêtré dans le scandale d’Arcelor/Mittal où, en complicité avec Macky Sall, il a fait perdre des milliers de milliards CFA à notre pays et ne doit son impunité que du fait de l’existence du régime corrompu de Macky Sall, il vient de démontrer aux yeux de tous qu’il ne peut organiser des élections sincères et démocratiques, vu son aveu de travailler pour le candidat Macky Sall. Le PDS demande la démission immédiate et sans condition de Aly Ngouye Ndiaye et sa radiation de la fonction publique pour forfaiture. Nous ne saurions accepter que ce partisan déclaré d’un candidat organise des élections dans notre pays».
 
L’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) ne dit pas moins. De l’avis d’Abdoul Mbaye et de ses camarades «l’homme des basses besognes» est entré «de manière scandaleuse dans l’histoire politique de notre pays», avec cette déclaration. Dès lors que ses propos ont été émis, pensent les camarades de l’ancien Premier ministre, le maire de Linguère mérite d’être traité à la mesure de son offense, comme «une forfaiture». D’où l’exigence de le démettre de ses fonctions.
 
 

A l'unisson, l'opposition demande à Macky la peau du ministre Aly Ngouille Ndiaye

Du côté du Front patriotique pour la défense de la république (Fpdr), le ton n’est pas moins véhément. Car, pour Mamadou Diop Decroix, Bamba Ndiaye, entre autres, «cette déclaration doit être comprise comme une véritable déclaration de guerre. Elle exprime la détermination de Macky Sall et de ses bras armés à rééditer le coup de force observé lors des législatives, pour imposer aux Sénégalais un président dont ils ne veulent plus. Cette détermination à frauder doit rencontrer une détermination supérieure. C’est la condition préalable de l’organisation d’une présidentielle honnête et transparente».
 
Aly Ngouye Ndiaye n'est que le sommet de l'iceberg selon Alliance Pencoo

C’est le même son de cloche entonné par l’Alliance Pencoo dont le n°2, Moussa Sow, a rué dans les brancards pour faire part de sa «grande désolation». Avant de soutenir que «l’Apr est en train de dérouler une grosse fraude». Et il s’en veut pour preuve la nomination de Aliou Sall à la tête de la Caisse de dépôt et consignation (CDC), rappelant au passage qu’il est primordial pour tout candidat de déposer sa caution auprès de cette structure. Selon lui, Aly Ngouye Ndiaye ne constitue que le sommet de l’Iceberg et qu’il ne serait pas surpris de voir un des ténors de l’opposition voir sa liste être rejetée pour des motifs aléatoires.
 
Cependant, malgré cette levée de bouclier, l’exigence de l’opposition risque de tomber dans l’oreille d’un sourd d’autant plus que le chef de l’Etat Macky Sall, qui est directement interpellé, avait fait savoir qu’il n’était pas question qu’il se plie à l’exigence de l’opposition, concernant la personnalité à qui confier l’organisation des élections.

Ousmane Demba Kane

Mardi 27 Février 2018 - 17:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter