Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Au Mali, une trentaine de jihadistes tués par la force Barkhane

La force française Barkhane a "mis hors de combat" plus de 30 jihadistes au Mali au cours d'opérations avec les forces maliennes dans la zone dite "des trois frontières", a indiqué, vendredi, l'état-major de l'armée française.



Les soldats de la force Barkhane ont neutralisé "plus de trente terroristes" au Mali au cours d'opérations conjointes avec les forces maliennes, jeudi 6 et vendredi 7 février, dans le cadre de trois opérations distinctes, a annoncé vendredi l'état-major de l'armée française dans un communiqué.

"Poursuivant cette semaine ses efforts dans la zone des trois frontières en coordination avec ses partenaires des forces armées maliennes, la force Barkhane a mis hors de combat plus de trente terroristes au cours de plusieurs opérations successives", écrit-il.

Entre le 6 et le 7 février, la force Barkhane a conduit une opération dans la zone du Liptako-Gourma, entre Mali, Burkina Faso et Niger, qui a "abouti à la neutralisation d'une vingtaine de terroristes ainsi qu'à la destruction de plusieurs véhicules", a précisé le colonel Frédéric Barbry, porte-parole de l'état-major.

"Un drone Reaper, une patrouille de Mirage 2000 ainsi qu'un hélicoptère Tigre et un Cougar ont participé à deux frappes ciblées sur une zone où des combattants terroristes avaient été repérés", a-t-il ajouté.

Cette semaine, par ailleurs, des opérations des commandos de Barkhane ont permis "la mise hors de combat d'une dizaine de terroristes" lors de deux actions distinctes dans une région où est actif le groupe terroriste État islamique au Grand Sahara (EIGS), récemment désigné par Paris comme l'ennemi numéro un au Sahel.

L'armée française refuse de donner un décompte précis des jihadistes qu'elle tue, blesse ou capture, et regroupe ces trois catégories sous les termes génériques de "neutralisation" ou "mise hors de combat".

La force Barkhane, engagée au Sahel contre les actions de plus en plus meurtrières des groupes jihadistes, vient d'annoncer son passage de 4 500 à 5 100 hommes d'ici fin février, concrétisation de la volonté de la France d'inverser le rapport de force sur le terrain.

L'essentiel des forces sera concentré sur cette zone des trois frontières. Il s'agit notamment de troupes aguerries au combat, dont des commandos, accompagnées d'une centaine de véhicules (blindés lourds, blindés légers et logistiques.

Les renforts comprendront également des moyens de renseignement conséquents, à la fois humains et techniques, selon des sources militaires et des équipes insérées auprès des forces locales, préfigurant l'activité de la future force Takuba, qui rassemblera à l'été des forces spéciales européennes sous commandement de Barkhane.

Les groupes jihadistes multiplient depuis quelques mois les attaques, entretenant une insécurité chronique pour les civils et infligeant des pertes régulières aux armées locales. La France a perdu 13 soldats en novembre au Mali, dans un accident entre deux hélicoptères au combat.

L'armée souligne régulièrement que le président "demande des résultats" tout en se défendant de toute "chasse aux scalps". Mais de nombreux experts et analystes estiment que l'opération s'enlise, tout en suscitant de plus en plus de critiques au sein des opinions africaines.

Avec l'AFP et Reuters

AYOBA FAYE

Vendredi 7 Février 2020 - 18:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter