Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Biden: "Trump planifie un abus de pouvoir pour remplacer Ginsburg"



Biden: "Trump planifie un abus de pouvoir pour remplacer Ginsburg"
La décision de Donald Trump de remplacer la regrettée Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême, avant l'élection présidentielle est un "abus de pouvoir", selon son rival démocrate Joe Biden.

M. Trump affrme qu'il proposera une femme pour remplacer la juge, décédée récemment de longue date.

M. Biden exhorte les républicains du Sénat à retarder le vote de confirmation.

Ginsburg, icône libérale et porte-étendard du féminisme, est décédée vendredi, à l'âge de 87 ans.

La nomination des juges à la Cour suprême est une décision politique dans laquelle le président choisit qui est proposé. Le Sénat vote ensuite pour confirmer - ou rejeter- ce choix.

Les démocrates craignent que les républicains ne votent pour verrouiller une majorité conservatrice qui existe depuis des décennies à la plus haute cour du pays.

L'équilibre idéologique de cette cour de neuf membres est crucial pour ses décisions sur les questions les plus importantes du droit américain.

Qu'a dit M. Biden à propos de la décision de M. Trump ?
Dimanche, M. Biden déclare que le président a "clairement indiqué qu'il s'agit d'une question de pouvoir, purement et simplement".

"La constitution des États-Unis donne aux Américains la possibilité d'être entendus - et leur voix devrait être entendue... ils devraient faire savoir clairement qu'ils ne toléreront pas cet abus de pouvoir", a-t-il déclaré.

"J'en appelle à ces républicains du Sénat - s'il vous plaît, suivez votre conscience, laissez le peuple parler, refroidissez les flammes qui ont englouti notre pays".

M. Biden a déclaré que s'il gagnait l'élection présidentielle, le candidat de M. Trump devrait être retiré. Il a déclaré qu'il consulterait alors les sénateurs des deux partis avant de faire son choix.

Il n'a pas nommé de candidats potentiels, mais a déclaré que son premier choix "fera l'histoire en tant que première femme afro-américaine".

Comment les sénateurs ont-ils réagi ?
Deux sénatrices républicaines, Susan Collins et Lisa Murkowski, soutiennent un report du vote.

La sénatrice du Maine, Mme Collins, dit qu'elle n'a "aucune objection" à ce que le processus d'examen d'un candidat commence maintenant, mais qu'elle ne pense pas que le Sénat devrait voter avant l'élection de novembre.

La sénatrice de l'Alaska, Mme Murkowski, estime qu'elle "n'est pas favorable à l'acceptation d'une candidature huit mois avant l'élection de 2016" et qu'elle pensait que "la même norme doit s'appliquer" maintenant.

Les deux femmes ont rompu avec les directives du parti dans le passé, notamment sur des questions comme le droit à l'avortement. Mme Collins est confrontée à une rude campagne de réélection cette année et tente de défendre sa réputation de modérée.

Si elles sont rejointes par deux autres sénateurs républicains, elles pourraient bloquer ou au moins retarder un vote de confirmation, car les républicains n'ont que six voix de majorité sur les 100 sièges du Sénat.

Auparavant, M. Trump a fait l'éloge de deux femmes juges qui siègent dans des cours d'appel fédérales, en tant que choix possible. Ces deux juges - Amy Coney Barrett et Barbara Lagoa - sont des conservatrices qui feraient pencher la balance de la Cour suprême davantage en faveur des républicains.

M. McConnell indique qu'il avait l'intention de donner suite à toute nomination faite par M. Trump et de la soumettre à un vote au Sénat avant le jour des élections.

Dans quel délai un juge de la Cour suprême peut-il être nommé?
Depuis 1975, il a fallu en moyenne environ 70 jours au Sénat pour confirmer un candidat.

Après que le président a annoncé sa nomination, la commission judiciaire du Sénat examine le candidat et tient des audiences de confirmation. Les candidats rencontrent généralement les sénateurs en personne à Washington DC, et si la commission approuve la nomination, celle-ci est soumise à l'ensemble du Sénat pour un vote de confirmation final, où une majorité simple est nécessaire.

Tout cela avant l'élection du 3 novembre - dans moins de 50 jours - nécessiterait une rapidité inhabituelle.

La dernière fois que le processus s'est achevé dans ce délai, c'était en 1993, avec Ginsburg, lorsqu'il a fallu 42 jours pour qu'elle soit confirmée par le Sénat, selon les données du Service de recherche du Congrès.

Dans une déclaration à sa petite-fille, quelques jours avant sa mort, Ginsburg - l'un des quatre seuls libéraux sur le banc de neuf sièges - a exprimé son "fervent souhait" de ne pas être remplacée avant qu'un nouveau président n'ait pris ses fonctions.

Comment les Américains ont-ils rendu hommage à Ginsburg?
Ginsburg, la deuxième femme à siéger à la Cour suprême, est morte d'un cancer du pancréas métastatique.

Des manifestations de chagrin, d'appréciation et d'anxiété ont été observées partout aux États-Unis, alors que le pays réfléchit à sa carrière juridique révolutionnaire et à l'orientation future de la Cour suprême.

Les partisans de la femme que certains appellent affectueusement "The Notorious RBG" - une pièce de théâtre portant le nom du regretté rappeur, The Notorious B.I.G - se rassemblent devant la Cour suprême à Washington DC depuis vendredi soir. Les visiteurs de la Cour ont laissé des fleurs et des pancartes en hommage.

La Cour suprême a déclaré que les drapeaux sur sa place principale seront mis en berne pendant 30 jours en l'honneur de Ginsburg.

Que fait la Cour suprême ?
La plus haute cour des États-Unis a souvent le dernier mot sur les lois très controversées, les litiges entre les États et le gouvernement fédéral et les derniers appels pour suspendre les exécutions.

Ces dernières années, la Cour a étendu le mariage homosexuel aux 50 États, a permis la mise en place de l'interdiction de voyager du président Trump et a retardé un plan américain de réduction des émissions de carbone pendant que les appels étaient en cours.

Elle traite également de questions telles que les droits de reproduction - l'une des principales raisons pour lesquelles certains conservateurs anti-avortement veulent faire pencher la balance du côté des libéraux.

Qui sont considérés comme les principaux prétendants ?

Barbara Lagoa : Cubaine-américaine de la Cour d'appel du 11e circuit basée à Atlanta, elle a été la première juge hispanique de la Cour suprême de Floride. Elle est une ancienne procureur fédéral.

Amy Coney Barrett : membre de la cour d'appel du 7e circuit de Chicago, elle est la favorite des conservateurs religieux et est connue pour ses positions anti-avortement. Elle a été juriste à la faculté de droit de Notre Dame, dans l'Indiana

Kate Comerford Todd : Conseiller adjoint de la Maison Blanche, a beaucoup de soutien à l'intérieur de la Maison Blanche. Elle a été vice-présidente et conseillère principale du US Chamber Litigation Center

Aminata Diouf

Lundi 21 Septembre 2020 - 15:42




1.Posté par ruth le 26/09/2020 00:28
Merci au prophète munak d'avoir rétabli mon mariage après 1 an de séparation. Finalement, mon mari est rentré à la maison est de retour à la maison avec l'intervention du prophète munak de puissantes prières de retrouvailles qui retirent sa maîtresse de notre famille. le grand prophète qui a joué un rôle très important dans ma vie pour me rendre heureux à nouveau dans mon mariage. aujourd'hui, je suis plein de joie et de bonheur d'être de nouveau avec ma famille après tout ce que j'ai traversé, merci Dieu d'avoir utilisé le prophète pour restaurer l'amour. pour plus d'informations et aidez-le à le contacter via: Holyprophet8@gmail.com whatsapp + 1786-7961-693

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter