PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Brésil: le travail des enfants au coeur d'une étude alarmante

Au Brésil, près d'un million de jeunes mineurs travaillent souvent dans de dures conditions et dans l'illégalité. C'est le chiffre que vient de publier l'Institut brésilien de géographie et de statistiques, l'IBGE. Parmi ces mineurs, près de 190 000 enfants de moins de 13 ans, dont seul un quart reçoit un salaire...



Le Brésil autorise le travail à partir de 14 ans, mais sous certaines conditions. Notamment, via la condition d’apprenti, pour les travaux manuel. Sauf que l'immense majorité des 1,8 millions de mineurs concernés travaillent dans l’illégalité. Et ils sont d'astreinte en moyenne 25 heures par semaine. Les très jeunes victimes sont nombreuses : 30 000 enfants âgés de 5 à 9 ans ont été recensés.
 
Les enfants du Nordeste particulièrement touchés
 
La coordinatrice de l'étude de l'IBGE,Institut brésilien de géographie et de statistiques, a provoqué une controverse : elle réclame l'abolition du travail infantile - mais aussi son application stricte par les autorités, et davantage de contrôles. Pour les parents, faire travailler un enfant aujourd'hui - souvent contraints par la misère - rapporte environ 170 euros par mois, a calculé l'équipe de l'IBGE.
 
C’est la région pauvre du Nordeste où le plus grand nombre d’enfants travailleurs est recensé. Ils sont majoritairement employés dans l’agriculture. Près de la moitié sont âgés de 5 à 13 ans. Mais un tiers travaille aussi dans le secteur de la construction, souvent avec leur père. Les heures de travail et les salaires y sont très aléatoires. Dans le Nordeste, les inégalités sont les plus fortes du pays. Mais les autres régions sont également touchées par le travail infantile.
 
Le Brésil, champion des inégalités
 

Le fossé ce creuse au Brésil, accentué par la crise économique, et le chômage record. Les petits salaires, souvent non déclarés, sans protection sociale, sont légion au Brésil. Et cela ne risque pas de changer : une autre étude toute récente montre que plus de la moitié des travailleurs brésiliens gagne moins que le salaire minimum, soit environ 280 euros par mois. Soit plus de 44 millions de personnes.
 
A l’inverse, 10% de la population active rassemble à elle seule près de la moitié des salaires de tout le Brésil. Une situation préocupante, au point que tout récemment la Banque Mondiale a dénoncé les défaillances du système de redistribution au Brésil, soulignant que les politiques publiques ont tendance à creuser les inégalités, déjà profondes.
 


Rfi.fr

Mardi 5 Décembre 2017 - 10:28



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Août 2018 - 14:56 Macron rend hommage à Kofi Annan