Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Campagne agricole: les errements du ministre de l’Agriculture qui sapent le moral de paysans (Opinion)



Campagne agricole: les errements du ministre de l’Agriculture qui sapent le moral de paysans (Opinion)
La campagne agricole en cours est caractérisée par les errements du ministre de l’Agriculture qui, en lieu et place d’une planification, fait du pilotage à vue. Il se contente d’une estimation des besoins en intrants et définit un budget prévisionnel de soixante milliards FCFA avant d’entonner ensuite un discours politicien articulé sur ce que les thuriféraires du régime appellent la « vision » du président de la République.

Dr ès mathématiques, le ministre se réjouit de statistiques agricoles mensongères et prétend avoir accru les productions au point de préserver les Sénégalais de la soudure et de la famine.

Dans son édition du jeudi 12 Août, Le Témoin fait état de la rareté des engrais qui entraînera une faiblesse des rendements car, quelles que soient la volonté et la propension des paysans à entretenir correctement les cultures, la carence minérale des sols compromettra la promesse des fleurs. Alors que les paysans crient leur désarroi, le ministre tente de limiter l’impact de ces cris avec des propos simplistes, qui se résument à une discussion avec la société des Industries chimiques du Sénégal (ICS) productrice d’engrais.

Autant lui objecter que l’heure est plus au respect du protocole d’application des engrais dans les champs qu’au marchandage avec un fournisseur. A vrai dire, l’intention d’achat d’engrais aux ICS a été manifestée très tard. Qui plus est, dans un contexte où le marché international des fertilisants accuse une forte hausse des prix du fait de la demande.

L’argument selon lequel l’usine des ICS ne fonctionne qu’avec une ligne de production ne résiste pas à la réalité car, depuis plus de soixante ans, cette entreprise satisfait, en quantité et en qualité, les besoins de l’agriculture sénégalaise. Les intentions d’achat d’engrais, toutes formules confondues, exprimées en temps opportun par les services de l’Agriculture et les distributeurs ont toujours eu une suite favorable. Il faut aussi déplorer la création de prétendus distributeurs dont l’entregent a vicié la subvention de l’Etat, au détriment des paysans.

Aujourd’hui, on en compte plus de cinquante qui disposent de quotas d’engrais au moyen desquels ils s’enrichissent indûment. De l’aveu même du ministre, l’Etat a introduit une intention d’achat pour 30 000 tonnes d’engrais, l’équivalent d’une goutte d’eau dans la mer, quand on sait que la régénération minérale des sols au Sénégal exige au minimum 120 000 tonnes, à renouveler sur une période de quatre ans.

L’approche du ministre est d’autant plus catastrophique que la livraison des engrais est programmée jusqu’à la fin du mois d’août. Alors que l’hivernage aura fini de s’installer depuis longtemps ! Cherchez l’erreur… A l’exception du ministre, qui se cachera derrière son petit doigt et fera recours à la propagande d’un politicien comme Aliou DIA, nous ne connaissons pas un technicien agricole qui osera affirmer que les productions sont bonnes. Sur l’ensemble du territoire national, les paysans s’en remettront à la bénédiction du ciel pour que les manquements du ministre de l’Agriculture ne soient pas exacerbés par un déficit pluviométrique.

Par Mbagnick Mboup

AYOBA FAYE

Samedi 14 Août 2021 - 10:41


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter