Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Cleaning Day: les éboueurs sans salaires de l'UCG reçoivent chacun 50 000 frs de la Première Dame

Par le biais de leur marraine Mme Maty Diouf, cadre-superviseure à l’Unité de coordination et de gestion des déchets solides (Ucg), la Première Dame Marième Faye Sall a offert à chaque journalier-éboueur une enveloppe de 50.000 cfa. Un geste financier qui vise à soulager ces pères et mères de famille sans salaire au moment où le président de la République procédait au lancement de la « Cleaning day »



Cleaning Day: les éboueurs sans salaires de l'UCG reçoivent chacun 50 000 frs de la Première Dame
 Décidément, on se demande comment Dakar pourrait devenir une ville propre. Pour cause, au moment où le président de la République Macky Sall procédait au lancement de la Journée nationale de la propreté, les balayeurs et ramasseurs d’ordures censés nettoyer les quartiers et rues de Dakar n’avaient pas encore perçu leurs salaires.

« D’ailleurs, faute de salaires, nous n’avons même pas célébré les fêtes de fin d’année. Et jusqu’à hier, jeudi 09 janvier 2020, aucun salaire n’a été payé au profit des éboueurs-journaliers que nous sommes. Et pourtant, les journaliers représentent les 80 % de l’effectif de l’Ucg. Dans ces conditions, le Président Sall perd son temps et son argent dans sa politique de lutte contre l’insalubrité. Parce que seuls les responsables, cadres et embauchés composés de famille et de clientèle politique s’enrichissent. Sans oublier les concessionnaires et camionneurs payés par tonnage et par rotation sur la base de surfacturations au niveau des ponts-bascules. L’Ucg doit être auditée, puis dissoute » se plaint cet agent de l’Ucg sous l’anonymat, dans les colonnes du journal Le Témoin.

Toujours est-il que sensible et préoccupée par la situation sociale des éboueurs contractuels, la Première dame, Mme Marième Faye Sall a fait remettre, jeudi 9 janvier, une enveloppe de 50.000 francs à chacun de ces braves agent de nettoiement. « Le Témoin » quotidien est mesure de vous révéler que les fonds ont transité entre les mains de Mme Maty Diouf, cadre-superviseure de collecte d’ordures à l’Ucg.

« D’ailleurs, c’est elle qui a fait la répartition des fonds au nom de Mme Marième Faye Sall. Malheureusement, Mme Maty Diouf, considérée comme notre marraine, a été écartée de la gestion nébuleuse de la collecte et du ramassage des ordures dans Dakar » déplore l'agent qui s'est confié à nos confrères du Le Témoin.

Au lendemain de la « Cleaning day », le journal avait révélé que les agents contractuels de l’Ucg avaient profité de la présence de Mme Marième Faye Sall sur le théâtre des opérations de « Set-sétal » pour dénoncer le non-paiement de leurs salaires et les magouilles qui plombent le secteur du nettoiement. « Oui, mes collègues et moi avons rencontré la Première dame à Mermoz pour qu’elle soit notre émissaire auprès du président de la République. Car, on a du mal à comprendre comment le chef de l’Etat peut-il lancer une journée de propreté alors que les agents censés rendre Dakar propre ne sont pas motivés » avait révélé un technicien de surface dans les colonnes du « Témoin ».
Le même conseillait au président de la République de confier la gestion de l’Ucg aux officiers de l’Armée ou du Service d’Hygiène pour le relever le défi de la propreté.

AYOBA FAYE

Vendredi 10 Janvier 2020 - 09:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter