Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Congo : les hôpitaux sont débordés après les explosions à Brazzaville

Quarante-huit heures après les multiples explosions qui ont ravagé des quartiers entiers de Brazzaville, les secours sont à pied d'œuvre pour venir en aide aux milliers de blessés. Mais il est toujours difficile d'accéder au quartier de Mpila. Les autorités ont ouvert plusieurs lieux pour accueillir les sans-abri. Des centaines de blessés continuent d'affluer dans les hôpitaux où les soignants manquent de matériel. Ce drame a fait plus de 150 morts selon un dernier bilan.



Congo : les hôpitaux sont débordés après les explosions à Brazzaville
Brûlures, fractures. Au Centre hospitalier universitaire (CHU), 80 personnes ont été opérées en 24 heures. Il y aurait plus de 1 500 blessés à Brazzaville. Ce docteur qui enchaîne les soins, dit avoir besoin de médicaments et de matériel de chirurgie : « Ce qui manque actuellement, ce sont les médicaments, le matériel orthopédique... ».
Le gouvernement appelle les Congolais à donner leur sang. Au CHU, après le chaos, la situation semble stabilisée d'après le directeur général, Ignace Ngakala :
« Nous avons pu recevoir 278 personnes. Nous avons de grands brûlés. Nous avons opéré 80 personnes, surtout des cas de fractures. Mais la situation se stabilise petit à petit ».
La situation est très difficile pour ceux qui ont tout perdu, réfugiés chez des proches ou dans des églises. Le président de la Croix-Rouge de Brazzaville, Christian César Ndinga lance un appel à l'aide : « On a besoin de nourriture, de couvertures, de bâches pour ces personnes déplacées ».

Les habitants toujours sous le choc

Les habitants de Brazzaville sont toujours sous le choc. Une étudiante dont la maison a été totalement détruite, raconte comment elle a fui avec les enfants d'une voisine tuée par l'explosion.
Les secours s'organisent tant bien que mal à Brazzaville. La Croix-Rouge congolaise est à pied d'œuvre, mais elle n'a pas pu entrer ni dans le camp militaire où les explosions se sont produites, ni dans les quartiers avoisinants. La sécurité n'y est pas assurée car de nombreux projectiles menacent encore d'exploser à tout moment.

Depuis deux jours, la Croix-Rouge vient en aide aux blessés pour les acheminer dans les hôpitaux de la ville, comme le précise Christian César Ndinga, président national de l'organisation.
 

RFI


Mardi 6 Mars 2012 - 10:07


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Juin 2021 - 10:29 Les dernières cartouches de Barkhane