Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coronavirus en France : le gouvernement laisse-t-il l'épidémie "suivre son cours" ?

​La stratégie de la France face à l'épidémie de coronavirus va à l'encontre des préconisations de l'OMS et de ce qui a été mis en place en Chine, expliquent plusieurs articles de presse. Alors que le nombre de cas progresse, cette stratégie viserait à atteindre une "immunité de groupe"...



Coronavirus en France : le gouvernement laisse-t-il l'épidémie "suivre son cours" ?
Dimanche 15 mars, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education national a révélé sur Franceinfo que l'épidémie du coronavirus allait toucher "probablement" la moitié des Français. La stratégie de la France face à l'épidémie de coronavirus interroge depuis ce week-end, alors que de nouvelle mesures drastiques ont été annoncées et que le nombre de cas a doublé en 72 heures. Un article du journal Le Monde mais aussi un article du Figaro, publiés ce samedi 14 mars, indiquent que le gouvernement a décidé délibérément de laisser l'épidémie "suivre son cours", allant à l'encontre des préconisations de l'OMS et refusant de copier le modèle de réponse chinois face à la pandémie. A défaut de stopper brutalement l'épidémie avec un confinement total, comme en Chine, l'objectif des mesures graduées mises en place depuis le début de la crise par le gouvernement serait de ralentir la propagation du virus pour éviter l’engorgement des services d’urgence. Il s’agit donc non pas de stopper la progression du coronavirus, jugée inéluctable, mais "d’aplanir" la courbe épidémique comme l'a montré le ministre de la Santé Olivier Véran à la télévision.
 
 
La France s'inspirerait, sans le dire, de la stratégie de l'Allemagne où Angela Merkel a indiqué explicitement qu'elle tablait sur un taux de contamination de 60 à 70% de sa population. L'espoir d'une telle stratégie est d'atteindre, dans quelques mois, une "immunité de groupe", permettant au virus de décliner et de disparaître définitivement. A l'inverse, en Chine ou en Italie, où un endiguement total de l'épidémie est actuellement visé, on peut craindre un "rebond" du Covid-19 dans plusieurs mois, une fois que les confinements seront levés, la population n'ayant pas réellement et massivement "rencontré" le virus. Reste que selon le Figaro, la stratégie française est tout aussi risquée : elle pourrait aboutir à "des millions de personnes infectées, des centaines de milliers de cas graves, et des dizaines de milliers de morts potentiels".
 
Combien y a-t-il de cas de coronavirus en France ?
Le dernier bilan officiel du coronavirus en France, communiqué samedi soir, s'élève à 4500 cas, soit deux fois plus qu'il y a 72 heures. À ce jour, 91 personnes sont décédées et 154 autres se trouvent toujours dans un état grave, notamment au sein des services de réanimation. Le ministre de la santé Olivier Véran a confirmé que la propagation du virus s'était accélérée sur le territoire et a même qualifié l'épidémie de Covid-19 de "menace sanitaire inédite". La crainte d'une explosion des cas les plus graves dans les deux semaines à venir est très vive. Le nombre de cas de coronavirus dans le pays, communiqué chaque soir par le directeur général de la Santé, est néanmoins très incomplet. Alors qu'en Chine des tests de dépistage sont effectués systématiquement, dès les symptômes observés, ils ne sont pas automatiquement menés en France. "Le test est réalisé uniquement en cas de suspicion de la maladie, validée par le Samu et par un infectiologue référent", indique le gouvernement. De nombreux patients dont la santé n'est pas gravement atteinte sont souvent renvoyés chez eux après une simple consultation ou téléconsultation. Ce qui signifie qu'un nombre indéterminé de cas de coronavirus n'est pas comptabilisé dans les bilans officiels et que des patients pourraient véhiculer le virus sans le savoir.
 
 
La France suit-elle toujours un scénario à l'italienne ?
Selon les derniers chiffres disponibles, la France continue bel et bien à suivre une trajectoire à l'italienne dans la progression du coronavirus, avec un nombre de cas légèrement moins élevé. Selon plusieurs médias suivant l'évolution de l'épidémie dans le monde, notamment le Financial Times, les courbes du nombre de malades en Italie et en France suivent toujours des tracés très similaires à 8 ou 9 jours d'intervalle. Le nombre de morts semble en revanche nettement décrocher en France comparé à nos voisins transalpins. Nous étions à 91 personnes décédées selon le bilan de Santé publique France et du ministère de la Santé ce samedi soir. Au même stade, l'Italie en comptait plus du double et en compte aujourd'hui 1300.

linternaute.com

Dimanche 15 Mars 2020 - 09:59


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter