Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coronavirus : un étudiant camerounais raconte comment il s'est remis



Coronavirus : un étudiant camerounais raconte comment il s'est remis
L'étudiant camerounais Kem Senoua est devenu le premier Africain à avoir contracté le coronavirus en Chine. Il s'est ouvert à la BBC.

Lorsque Kem Senou Pavel Daryl, un étudiant camerounais de 21 ans vivant dans la ville chinoise de Jingzhou, a contracté le coronavirus, il n'avait aucune intention de quitter la Chine, même si cela était possible.

"Quoi qu'il arrive, je ne veux pas ramener la maladie en Afrique", a-t-il déclaré depuis son dortoir universitaire, où il est actuellement placé en quarantaine pendant 14 jours.

Il souffrait de fièvre, d'une toux sèche et de symptômes ressemblant à ceux de la grippe.

Lorsqu'il est tombé malade, il a pensé à son enfance au Cameroun, où il a contracté la malaria. Il craignait le pire.
 "Quand je suis allé à l'hôpital pour la première fois, je pensais à ma mort et à la façon dont je pensais qu'elle allait se produire", a-t-il dit.

Pendant 13 jours, il est resté en isolement dans un hôpital chinois local. Il a été soigné avec des antibiotiques et des médicaments généralement utilisés pour traiter les patients atteints du VIH.

Après deux semaines de soins, il a commencé à montrer des signes positifs de rétablissement.

Le scanner n'a montré aucune trace de la maladie. Il est devenu la première personne africaine connue comme étant infectée par le coronavirus mortel et le premier à se rétablir.

Ses soins médicaux étaient couverts par l'État chinois.
 L'Égypte est devenue le premier pays d'Afrique à confirmer un cas de coronavirus. Les professionnels de la santé avertissent que les pays dont les systèmes de santé sont plus faibles peuvent avoir du mal à faire face à une éventuelle épidémie de la maladie, qui a entraîné plus de 1 770 décès et infecté plus de 72 000 personnes, principalement en Chine.

"Je ne veux pas rentrer chez moi avant d'avoir terminé mes études. Je pense qu'il n'est pas nécessaire de rentrer chez moi car tous les frais d'hospitalisation ont été pris en charge par le gouvernement chinois", déclare M. Senoua.

Evacuer ou pas ?
Depuis fin janvier, les gouvernements du monde entier, les États-Unis en tête, ont commencé à évacuer leurs citoyens de Wuhan et des villes voisines.

Mais des milliers d'étudiants, de travailleurs et de familles originaires d'Afrique restent bloqués dans la province centrale du Hubei - l'épidémie a commencé dans la capitale provinciale, Wuhan - et certains pensent que leurs gouvernements devraient faire plus pour les aider.

"Nous sommes des fils et des filles d'Afrique, mais l'Afrique ne veut pas venir à notre secours quand nous en avons le plus besoin", déclare Tisiliyani Salima, étudiante en médecine à l'université de médecine de Tongji et présidente de l'association des étudiants zambiens de Wuhan.

Depuis près d'un mois, Mme Salima vit en auto-quarantaine.

bbc

Lundi 17 Février 2020 - 13:13


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter