Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coup d'État en Birmanie: le Conseil de sécurité peine à parler d'une seule voix

Réuni en urgence, le Conseil de sécurité de l’ONU peine à répondre d’une seule voix à l’armée birmane qui vient de perpétrer un coup d’Etat dans la capitale, et d’assigner à résidence la dirigeante du pays, Aung San Suu Kyi, le président de la République Win Myint et 45 membres de la société civile.



Coup d'État en Birmanie: le Conseil de sécurité peine à parler d'une seule voix
Le secrétaire général Antonio Guterres a été clair: il a condamné ce coup d’Etat « anti-constitutionnel », qui va à « l’encontre du choix des Birmans par les urnes », et a demandé la libération immédiate et sans condition des prisonniers.
 
Les accusations ont en revanche été moins directes au Conseil de sécurité - après une journée de négociation, les 15 membres n’ont pas encore réussi à se mettre d’accord sur une déclaration commune à adresser à la junte. Il est vrai qu’il est compliqué de traiter des dossiers birmans à New York, car depuis la répression militaire de 2017, Chine et Russie, protègent les généraux birmans de toute inquiétude.
 
En parallèle, les différents organes de l’ONU tentent d’établir le contact avec l’état major de l’armée ou, du côté des prisonniers, avec la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, le président de la République Win Myint et la quarantaine de membres de la société civile arrêtés avec eux. Aucune tentative n’a pour l’instant réussi, et ce malgré l’aide de l’Asean.
 
L’envoyée spéciale du Secrétaire général est prête à partir pour la Birmanie dès que les militaires donneront leur feu vert.

RFI

Mercredi 3 Février 2021 - 08:11


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter