Des dizaines de blessés à la frontière entre Gaza et Israël pour le troisième vendredi consécutif

Des heurts ont éclaté vendredi à la frontière entre Israël et Gaza alors que des milliers de Palestiniens protestaient. Trente Palestiniens ont été blessés. Depuis le 30 mars, les violences ont déjà fait plus de trente morts côté palestinien.



Jets de pierre contre tirs à balles réelles : le scénario est vieux comme le conflit au Proche-Orient. Mais ces dernières semaines ont été marquées par un regain de tensions entre les Palestiniens vivant dans la bande de Gaza et les Israéliens. Depuis le 30 mars, des milliers de Palestiniens manifestent chaque vendredi près de la barrière de sécurité séparant les territoires israélien et palestinien.

Pour le troisième vendredi consécutif, des Gazaouis se sont donc rassemblés le 13 avril à différents endroits le long de la barrière de sécurité et les organisateurs ont appelé les manifestants palestiniens à brûler des drapeaux israéliens et à hisser des drapeaux palestiniens. Rapidement, les manifestants ont lancé des pierres sur les soldats israéliens qui ont répliqué par des tirs, blessant au moins huit Palestiniens, selon le ministère de la Santé à Gaza. L'un des blessés a été atteint à la tête.


Baptisé "la marche du retour", le mouvement de protestation palestinien prévoit des rassemblements et campements durant six semaines près de la frontière pour réclamer "le droit au retour" de quelque 700 000 Palestiniens chassés de leurs terres ou ayant fui lors de la guerre qui a suivi la création d'Israël, le 14 mai 1948. Officiellement, les manifestations devraient prendre fin mi-mai, lorsque les Palestiniens célèbrent la Nakba, ou "catastrophe" qui fut pour eux la création de l'État d'Israël.

Pour Israël, un retour des réfugiés palestiniens n’est pas envisageable, car il équivaudrait à la destruction de "l'État juif". Les forces israéliennes se montrent donc plus fermes que jamais et malgré les critiques sur le recours à des balles réelles, les autorités ont expliqué que leurs règles étaient nécessaires et ne changeraient pas. Le bilan est donc lourd. Depuis le 30 mars, 33 Palestiniens ont été tués et des centaines blessée par l'armée israélienne, selon les secours à Gaza. L'un d'eux est mort la veille, près de la frontière.


AFP

Vendredi 13 Avril 2018 - 15:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter