Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Financement du Pastef: Ibrahima Sène accuse Ousmane Sonko de vouloir blanchir 10 milliards FCFA



Financement du Pastef: Ibrahima Sène accuse Ousmane Sonko de vouloir blanchir 10 milliards FCFA
Le leader du Pastef/Les patriotes, Ousmane Sonko a fêté samedi sa rentrée politique, synonyme des 6 ans de sa formation politique. Il avait profité de cet événement pour expliquer Bokk Naa, projet qu'il a mis en place pour financer le parti sans la contribution des lobbies. Analysant ce système de financement du Pastef, Ibrahima Sène, leader du Parti de l'indépendance et du travail (PIT) a accusé Ousmane Sonko de vouloir blanchir 10 milliards FCFA.

« De deux choses l'une: ou bien il a déjà sécurisé ces 10 milliards qu'il veut blanchir à travers une pseudo collecte citoyenne", ou bien, il est le roi des bluffeurs, pour expliquer en avance sa défaite certaine, par l'insuffisance de la contribution des populations qu'il veut défendre », a écrit le politicien sur sa page facebook.

« S'il perd à la Présidentielle de 2024, c'est la faute aux populations qui auront refusé de payer 10 milliards qu'il réclame d'elles pour solutionner leurs problèmes! Face à ce chantage assimilable à une extorsion de fonds, je me demande combien lui a coûté sa participation à la Présidentielle de Février 2019 avec Macky comme candidat, pour fixer  la barre de 10 milliards pour 2024, sans Macky comme candidat,  dont il est sûr, en se fondant sur la Constitution et les déclarations antérieures répétées à plusieurs reprises du Président Macky Sall », a-t-il ajouté.

Ce faisant, poursuit-il Sonko se démarque des activistes qui veulent abréger le mandat du Président Macky Sall en tenant de mobiliser l'opinion, comme en Algérie et au Soudan, pour faire partir le Président Macky Sall avant la fin de son mandat en 2024.

D’après M. Sène, Sonko n'a que faire de ces activistes, et s'en est démarqué publiquement en se positionnant en fin de mandat du Président Macky Sall. C'est ce changement de tactique de Sonko, en perspective de la Présidentielle, qui aide à comprendre les dessous de la sortie de Cheikh Yérim Seck qui dénonce un prétendu deal entre Macky et Idy qui devrait "se tenir tranquille pour lui succéder en 2024", en contradiction flagrante de ses hypothèses de "dauphin au sein de l"APR" du Président Macky Sall.

Salif SAKHANOKHO

Lundi 6 Janvier 2020 - 20:28




1.Posté par ndioba le 07/01/2020 10:58
Ab jullit day maandu deh. Wax lu la woor mbaa nga noppi. La politique ne saurait être un permis de pêcher contre son prochain.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter