PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Guinée: la préfecture de Boké se prépare pour les élections locales

En Guinée, la campagne électorale des élections locales est terminée depuis vendredi 2 février. C'était donc ce samedi 3 février, le dernier jour de préparatif avant l'ouverture des bureaux de vote dimanche matin. A la Cépi, la Commission électorale préfectorale indépendante de Boké, c'est la course contre la montre pour acheminer le matériel électoral.



C'est la cohue, dès 10 heures ce samedi dans la cour de la Commission préfectorale indépendante. Chacun cherche à interpeller le responsable. Comme Diallo Mamadou Oumar, président d'un bureau de vote. « Nous devons aller là-bas très tôt parce que la route n’est pas tellement praticable, explique-t-il. Nous allons certainement utiliser une moto car c’est le moyen de transport le plus accessible. Donc nous sommes là pour récupérer nos kits et probablement les primes qui seront mises à notre disposition ».
 
Dans le magasin sont stockés les kits désormais complets depuis la réception ce samedi des procès-verbaux et des bulletins de vote. Le plus dur sera de les acheminer à temps, notamment pour les huit districts insulaires de la sous-préfecture de Kanfarande.
 
« Quand vous prenez la pirogue, il faut que vous soyez dans le contexte de la marée, explique Sékou Souaré, le président de la Cépi. Il y a des heures à respecter et dès que vous les ratez, vous perdez, et c’est pourquoi tout se prépare avant ».
 
Le temps presse également pour le président la Commission électorale de Sangarédi à une soixantaine de kilomètres. « Il y a des zones auxquelles le véhicule ne peut pas accéder, il est obligé de s’arrêter à 10km et il faut terminer à pieds », affirme-t-il.
 
Une région très disputée
 
Dans toute la préfecture, c'est 756 bureaux de vote qui devraient ouvrir ce dimanche 4 février au matin. Plus de cinq millions d'électeurs sont appelés aux urnes en Guinée. Pour les plus jeunes, ce sera la première fois qu'ils participent aux élections locales. Car le dernier scrutin a eu lieu en 2005. C'est donc une élection très attendue dans tout le pays. Dans la région minière de Boké, jusqu'ici des délégations spéciales mixtes d'intérim dirigeaient les communes depuis l'arrivée à échéance du mandat des maires en 2010. Or, les enjeux économiques et sociaux liés aux récentes et nombreuses installations de sociétés exploitantes de bauxite accentuent la bataille politique.
 
A Kamsar, Kolaboui, Sangarédi ou Boké ville, difficile de prédire qui occupera le siège des mairies dans cette préfecture. Le parti présidentiel y avait été largement critiqué en 2017 lors de manifestations meurtrières. Mais le RPG n'a pas lésiné sur les moyens pour la campagne. En témoigne le dernier meeting et concert organisé en grande pompe vendredi à Boké en présence du Premier ministre et du ministre des Mines.
 
De son côté, le président du parti d'opposition UFDG, a motivé ses troupes, notamment à Kamsar, jeudi. Sans oublier que la région est le fief historique de l'UFR, le parti de l'ancien Premier ministre.
 
L'objectif de tous est de rafler le maximum de postes afin de prendre la tête du conseil régional, instance convoitée car ici les enjeux économiques sont de taille. Depuis 2015, les sociétés étrangères exploitantes de bauxite, le minerai qui sert à fabriquer l'aluminium, affluent, augmentent la production et donc les bénéfices. Or, selon le code minier, les entreprises doivent reverser 0,5 % de leur chiffre d'affaire aux collectivités locales. Même si ce fonds n'a pas encore été mis en place, avec cette manne financière, il faudra combler les attentes de la population qui croît, en raison d'un afflux massif de demandeurs d'emploi.

Rfi.fr

Dimanche 4 Février 2018 - 02:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter