Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Guy Marius Sagna prévient sur un risque éventuel d'autorisation de l’importation du poulet

​Le coordonnateur de la plateforme non aux Accords de partenariat économique (Ape) met en garde contre une éventuelle ouverture du marché de poulet au Sénégal par des étrangers. Pour Guy Marius Sagna le gouvernement à l’intention d’autoriser l’importation du poulet qui viendrait concurrencer le poulet national.



Guy Marius Sagna prévient sur un risque éventuel d'autorisation de l’importation du poulet
En marge d’une conférence publique sur le patriotisme et la souveraineté économique organisée par Pastef, le coordonnateur de la plateforme ''non aux Accords de partenariat économique'' (Ape) a révélé que le gouvernement est sur le point d’autoriser l’importation du poulet qui viendrait concurrencer le poulet local. Si tel est le cas, M. Sagna estime qu’il y aura des risques énormes de pertes en termes d’emplois des jeunes, mais également sur le plan économique avec la filière avicole du Sénégal.

«Dans quelques mois et dans quelques années le gouvernement du Sénégal, si rien n’est fait, va ouvrir nos frontières aux importateurs de poulets. Et, il n’y a pas photo. Parce que dire que les poulets sénégalais vont entrer en concurrence ici au Sénégal avec les poulets venant de l’extérieur. C’est mettre dans le même ring Yawou Dial et Bombardier », a souligné Guy Marius Sagna.

Poursuivant son argumentaire il a indiqué que le kilogramme du poulet local coute environ 1500 à 1700 de francs Cfa. "Le prix du kilogramme de poulet en provenance de Brésil coûte 300 francs Cfa le Kg, en provenance des Etats-Unis 400 francs Cfa. Et, comment veut-on que 1700 francs puissent concurrencer 300 à 400 francs Cfa ? », a-t-il relevé. 

Le coordonnateur de la plateforme non aux Ape reste convaincu que si le président Macky Sall mette en œuvre l’entré de ces importations de poulets, 50 000 emplois directe vont être menacé. « Et, nous ne pouvons pas régler la question du chômage en signant des politiques pareilles et en acceptant l’application des politiques pareilles »-a-t-il dit.  

Aida Ndiaye (Stagiaire)

Lundi 11 Juin 2018 - 13:11


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter