Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Interpellé sur l'immigration, Barack Obama botte en touche

Barack Obama a reçu aujourd’hui une vingtaine d’associations qui militent pour une régularisation des immigrés clandestins. Une loi allant dans ce sens a été votée par le Sénat, mais est bloquée par la Chambre des représentants. Dans le même temps, les expulsions se poursuivent.



Coincé entre le Congrès et la communauté latino-américaine, Barack Obama voit sa marge de manoeuvre se rétrécir sur l'immigration. REUTERS/Jonathan Ernst
Coincé entre le Congrès et la communauté latino-américaine, Barack Obama voit sa marge de manoeuvre se rétrécir sur l'immigration. REUTERS/Jonathan Ernst

L’agenda de la Maison Blanche prévoyait un court entretien, mais la réunion a duré plus de deux heures. On imagine que Barack Obama a eu des difficultés à rassurer les associations qui défendent les droits des migrants. À défaut de loi, les associations demandent en effet un arrêt des reconduites à la frontière.

L’avantage des démocrates dans la communauté latino-américaine fond avec l'ampleur des expulsions, qui vont atteindre les 2 millions depuis le début de la présidence Obama, soit autant que pendant les 2 mandats de George Bush.

Des expulsions plus humaines

Le président a botté en touche, il a demandé à Jeh Johnson, ministre chargé de la Sécurité nationale de rendre ces expulsions plus humaines. Le but de l’administration Obama était de montrer à l’opposition républicaine que les frontières sont surveillées, espérant ainsi à faire voter la loi qui doit permettre une régularisation des migrants installés depuis des années.

Mais les conservateurs ont une autre stratégie : bloquer les projets de loi, quel que soit le dossier. Le passage est donc étroit pour Barack Obama, qui doit continuer de rechercher un consensus pour parvenir à faire voter son texte, et ne pas perdre les voix de la communauté latino-américaine, au sein de laquelle la colère monte, au même rythme que les reconduites à la frontière.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Samedi 15 Mars 2014 - 09:31