PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




« L’avenir du Sénégal ne peut pas exister sans la démocratie », Barthélémy Dias



« L’avenir du Sénégal ne peut pas exister sans la démocratie », Barthélémy Dias
«Nous félicitons tous ces mouvements qui mènent un combat au-delà  de la personne de Khalifa Sall qui lutte pour la démocratie au Sénégal.

« Tant que le président Macky Sall ne libèrera le député-maire de Dakar, nous continuerons le combat », dixit Barthélémy Dias. Le maire de Mermoz – Sacré Cœur s’est ainsi prononcé lors du rassemblement des « Khalifistes » pour la libération de l’édile de la capitale sénégalaise dans les liens de la détention depuis huit (8) mois.

Selon lui, « l’appel qu’ils ont lancé aujourd’hui, c’est pour l’avenir du Sénégal ». Et, « l’avenir du Sénégal ne peut pas exister s’il n’y a pas de démocratie », a-t-il asséné.

Poursuivant, Barthélémy Dias ajoute que « ceux qui ont perdu leur vie pour la démocratie au Sénégal comme Mamadou  Diop ne sont pas tombés en vain ». D’ailleurs, « ces martyrs ne combattaient pour personne mais pour la démocratie du pays ».

 « Il faut continuer d’organiser ces initiatives, parce que Khalifa Sall n’est que le symbole malheureusement de cette injustice qui s’abat sur la nation Sénégalaise. Aujourd’hui, la société civile s’est déculottée et une (certaine) presse a accepté, malheureusement de se prostituer. Car la démocratie du Sénégal ne peut être agressée et que personne ne dise rien », a-t-il fulminé. 

Selon lui, le problème, ce n’est pas que Macky Sall mais il y a également les magistrats qui se sont mis dans ce « fouettage de gueule caractérisé parce qu’ils prennent le risque d’installer ce pays dans le chaos ». « Il ne faut pas qu’on se voile la face, un magistrat n’est pas plus important qu’un policier, un enseignant ou un docteur », a-t-il pesté. Avant de marteler : « Les magistrats se prononcent que sur des questions subjectives d’avancement de carrière, de terrains et d’indemnités. Y’ en a marre. Il faut que les magistrats se prononcent sur ce qui est en train de se passer ». 
 

Joseph Barthélémy Coly (Stagiaire)

Dimanche 29 Octobre 2017 - 00:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter