Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le maire de Vélingara Oury Baillo Diallo au cœur d'un scandale foncier

Après 17 années à la tête de la municipalité de Vélingara, le maire Oury Bailo Diallo est atteint du syndrome foncier "à l’image de son collègue de Sangalkam". Entre lotissements anarchiques, vente illicite de terrains et contournement des règles administratives, c’est au grand dam des populations que l’édile de la ville foule au pied la loi qui régit le domaine foncier.



La semaine dernière, plus précisément le jeudi 10 octobre 2019, le chef de l’Etat Macky Sall prenait la parole lors d’une rencontre avec les élus locaux du pays à Diamniadio. « Nous avons un sujet qui fâche, que les élus locaux ne veulent pas entendre. C’est la question foncière… Si on continue à vendre tout terrain qui existe … tôt où tard nous serons obligés de prendre des mesures de sauvegarde » avait-il mis en garde à l’endroit des maires. Dans l’assistance, assis confortablement, l’édile de la commune de Vélingara, Oury Bailo Diallo, a dû certainement tiquer.

Car, si les opérations de lotissements et d’attribution de parcelles à usage d’habitation sont régies par des dispositions qui résultent de la loi sur le foncier, ces règles sont ignorées dans la commune qu’il dirige. Selon des informations obtenues de sources sûres, par nos confrères du journal "Le Témoin", il existerait à Vélingara une mafia foncière sur fond de lotissement anarchique. Une mafia au centre de laquelle se trouveraient le maire lui-même et un certain Hamady Diallo dit ‘Pathiako’ (ou Pacheco ?), ancien député et conseiller municipal à Vélingara.

Une opération de lotissement clandestin suivie d’actions de bornage entreprise par la municipalité en 2016 a provoqué une levée de boucliers. Interpellée par les populations, l’autorité administrative, qui n’était pas au fait d’une quel- conque délibération émanant du conseil municipal et autorisant ce lotissement, a alerté la mairie. Par ailleurs, il ressort de nos investigations qu’aucun des services compétents à savoir l’Urbanisme, les Domaines ainsi que le Cadastre n’a été associé dans ledit lotissement. Sommée de suspendre les activités de bornage pour vice de procédure, l’autorité municipale s’est pliée aux injonctions administratives avant de reprendre en catimini le bornage en 2017. Qui protège le maire, Oury Bailo Diallo ? Des autorités politiques, à l’évidence.

Responsable Pds du temps de Wade avant de rejoindre les rangs du parti au pouvoir, APR, aujourd’hui Oury Bailo est ami proche d’un certain Aliou Sall, frère du président de la République. Il poursuit son bonhomme de chemin jalonné de litiges fonciers. Déjà, en 2005, il avait fait l’objet d’une plainte déposée par un collectif de citoyens de la ville lui reprochant des pratiques de spoliation de terres sur un lotissement d’extension de 3950 par- celles. S’en était suivie une interruption du lotissement pour complément d’enquête bien que, sur le terrain, la distribution des parcelles faisait rage. En cette année 2019, la même gabegie foncière est en cours.

De l’anarchie jusqu’au détournement de deniers publics

Alors que la commission chargée d’approuver le lotissement ne s’est pas réunie, le maire Oury Bailo Diallo se prévalait d’une autorisation de poser des bornes émanant du ministère de l’Urbanisme. Bénéficie-t-il d’une complicité au sommet de l’Etat ? Il convient juste de noter que, depuis avril 2019, le député-maire est détenteur d’une autorisation du ministère de l’Urbanisme lui permettant de continuer les opérations de bornage malgré le caractère illégal du lotissement.

Le Témoin a aussi décelé un système perfide de détournement de deniers publics mis en place par des agents de la mairie. Des populations à qui on devrait attribuer gratuitement des terrains à usage d’habitation se voient soutirer des sommes allant de 200000 à 250000 Frs. Pire, cet argent destiné au Trésor public pour le paiement des taxes de bornage est empoché par ces derniers. Des actes de vente de parcelles sont écoulés clandestinement. « Tout le foncier à Vélingara est aux mains de Pathiacko.

Mais ce qui est le plus intrigant, c’est que, quand la dernière fois je me suis rendu chez lui pour l’obtention d’un terrain, je l’ai trouvé muni des feuilles volantes qui faisaient office d’actes de vente. Et malheureusement pour moi, le terrain qu’il m’avait vendu était déjà la propriété d’un autre habitant de la commune », nous confie sous l’anonymat un acquéreur spolié. Nous avons cherché à contacter le maire pour qu’il nous livre sa version des faits par rapport aux accusations de spéculation foncière portées contre lui. Hélas, toutes nos tentatives de le joindre sont restées vaines.

AYOBA FAYE

Mardi 15 Octobre 2019 - 10:15


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter