Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Législatives : Alioune Tine demande au Conseil constitutionnel « d’agir à apaiser les tensions politiques »



Législatives : Alioune Tine demande au Conseil constitutionnel « d’agir à apaiser les tensions politiques »
Alioune Tine, président fondateur de AFRIKAJOM Center exprime sa « grave préoccupation » face à l'aggravation du contentieux préélectoral qui durcit chaque jour et créée une fuite en avant de la logique d'exclusion des listes électorales, qui risque de devenir une menace pour la survie de l'Etat de droit au Sénégal.
 
« Aujourd'hui, on a atteint un seuil critique de l'autodestruction du système politique et démocratique au-delà duquel il n'existera plus de démocratie, ni d'Etat de droit au Sénégal. Jamais l'horizon d'élections législatives au Sénégal n'aura été aussi incertain, sombre, confus et indécidable au regard des menaces réelles d'effondrement du système auxquelles on assiste en direct avec des révélations tonitruantes portant sur les difficultés liées à l'application du parrainage ou de la loi sur la parité, par certains acteurs politiques. Ce qui peut entrainer de façon absurde et catastrophique l'absence d'une représentation légitime et inclusive des citoyens sénégalais à l'Assemblée Nationale. Or, l'élection doit être une fête pour le citoyen électeur et une célébration de l'Etat de droit démocratique », souligne-t-il dans un communiqué.
 
AFRIKAJOM Center, considérant notamment que la Constitution sénégalaise en son article 3 garantit la liberté de candidature et que l'article 13 (1) de la Charte africaine des droits de l'Homme et de peuples intégrée dans le Préambule de la Constitution stipule que : « tous les citoyens ont le droit de participer librement à la direction des affaires publiques de leur pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis, recommande au Conseil Constitutionnel du Sénégal, organe de régulation du Contentieux électoral, d'agir de manière à apaiser les tensions politiques grandissantes et les risques de violences politiques.
 
Mais aussi de renforcer le système démocratique, la paix et la sécurité, et de contribuer à l'avènement d'une institution parlementaire plurielle et inclusive.
 

Salif SAKHANOKHO

Samedi 21 Mai 2022 - 21:47


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter