Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les hommes sont-ils prêts à prendre la pilule?

Les scientifiques travaillent sur la pilule contraceptive masculine depuis près d'un demi-siècle.



Les hommes sont-ils prêts à prendre la pilule?

Pourtant, malgré des informations encourageantes, une version en vente libre n'est pas pour bientôt.

Le manque de financement et le désintérêt présumé des hommes font qu'il n'y a jamais eu de production de masse de la pilule masculine.

Au lieu de cela, dans un couple, on s'attend encore généralement à ce que les femmes assument la responsabilité de ne pas tomber enceintes.

Cependant, la recherche suggère que beaucoup d'hommes adopteraient la pilule si elle était disponible.

 

Un tiers des hommes britanniques sexuellement actifs disent qu'ils envisageraient d'utiliser une contraception hormonale, comme la pilule ou l'implant.

C'est le même pourcentage de femmes britanniques qui utilisent actuellement ces contraceptifs.

Huit personnes sur dix interrogées dans le cadre de l'enquête ont déclaré que la contraception devrait être une responsabilité partagée.


Les hommes sont-ils prêts à prendre la pilule?

Par ailleurs, 77 % d'hommes américains sexuellement actifs, âgés de 18 à 44 ans, interrogés sont "très ou assez" intéressés à essayer un contraceptif masculin autre que le préservatif ou la vasectomie (méthode de stérilisation masculine qui consiste à couper et bloquer les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes à partir des testicules).

Ainsi, l'acceptation du public, parallèlement à un assouplissement des rôles de genre, pourrait-elle conduire à ce que la pilule masculine devienne une réalité ?

 

Un peu plus d'un tiers des couples en âge de procréer dans le monde n'utilisent aucune contraception, selon une étude de l'ONU.

Mais lorsqu'elle est utilisée, les contraceptifs féminins sont de loin le choix le plus courant.

Environ 19% des femmes mariées ou en couple ont recours à la stérilisation, 14% à la stérile, 9% à la pilule et 5% aux injections.

 

Les contraceptifs qui impliquent directement les hommes sont beaucoup moins courants ; 8 % utilisent des préservatifs et seulement 2 % ont recours à la vasectomie.Cela n'a pas toujours été le cas.

Avant la pilule, les hommes devaient participer à la contraception, par exemple en utilisant un préservatif.

Lorsque la pilule féminine a été produite en masse au début des années 1960, pour la première fois, les femmes pouvaient contrôler leur fertilité à l'insu de leur partenaire sexuel.

Aujourd'hui, plus de 100 millions de femmes prennent la pilule et c'est la forme de contraception la plus courante en Europe, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

C'est la deuxième méthode contraceptive la plus utilisée en Afrique, en Amérique latine et en Amérique du Nord et la troisième en Asie.

Au fil des décennies, la pilule a libéré de nombreuses femmes, leur permettant de reporter ou d'empêcher la maternité au profit d'autres opportunités, telles que l'enseignement supérieur et l'emploi.

C'est l'une des raisons pour lesquelles elle est souvent considérée comme une étape clé pour les droits des femmes et l'une des plus grandes inventions du XXe siècle.

Mais à mesure que la société évolue vers une plus grande égalité entre les sexes, il est frappant de constater que les femmes demeurent celles qui doivent subir les fardeaux émotionnels, sociaux, financiers et temporels de la contraception, sans parler des effets secondaires.


Les hommes sont-ils prêts à prendre la pilule?

Alors pourquoi on n'a pas encore de pilule pour homme ?

Il n'a fallu qu'une décennie pour que la pilule féminine soit largement disponible après son invention.

Alors pourquoi faut-il tant de temps pour commercialiser la pilule pour hommes, qui a été mise à l'essai pour la première fois dans les années 1970 ?

Certains scientifiques prétendent que la science du développement de contraceptifs masculins est plus compliquée que celle du développement de contraceptifs féminins.

La pilule pour hommes agit en arrêtant la production de sperme, mais le niveau d'hormones nécessaire pour ce faire peut causer des effets secondaires.

Il y a aussi des facteurs sociaux et économiques en jeu.

Le domaine de la science et de la médecine de la reproduction s'est principalement concentré sur le corps des femmes, négligeant celui des hommes.

Par exemple, à peu près tout le monde sait ce que fait un gynécologue, mais relativement peu ont entendu parler d'un andrologue, un médecin spécialisé dans le système reproducteur masculin.


Les hommes sont-ils prêts à prendre la pilule?

La recherche sur la pilule masculine n'a pas seulement commencé des décennies après la pilule féminine, elle a également été freinée par le manque de financement.

Cela s'explique en partie par le fait que les compagnies pharmaceutiques, les organismes de réglementation et les hommes eux-mêmes semblent moins enclins à accepter les effets secondaires potentiels.

Bien que certains symptômes soient considérés comme acceptables dans les contraceptifs féminins, parce qu'ils sont pondérés par rapport aux risques de la grossesse, ils sont souvent considérés comme des "facteurs de rupture" pour les contraceptifs masculins, parce que le groupe témoin est constitué de jeunes hommes en bonne santé.

De plus, les effets secondaires courants de la pilule féminine, tels que le gain de poids, les sautes d'humeur et la baisse de la libido, sont souvent considérés comme émasculant chez les hommes.

 

La recherche sur la pilule "clean sheets", un contraceptif masculin qui permet un orgasme sans sperme, a stagné pour des raisons similaires, car l'éjaculation est considérée comme une composante importante de la sexualité masculine.

La question de savoir si les femmes feront confiance aux hommes en matière de contraception est souvent mentionnée comme un facteur dissuasif.

Mais les recherches menées, il y a plusieurs décennies, suggèrent que les femmes dans des relations à long terme ont tendance à faire confiance à leurs partenaires masculins, mais qu'elles sont réticentes à faire confiance aux hommes en matière de contraception lorsqu'il s'agit de rapports sexuels occasionnels.


Les hommes sont-ils prêts à prendre la pilule?

'Le travail des femmes'?

Étant donné que la contraception est considérée comme un "travail de femme", on suppose que les hommes n'utiliseront pas la contraception.

Pourtant, les rôles "sexo spécifiques" évoluent et les hommes d'aujourd'hui sont plus susceptibles de partager les responsabilités ménagères et la garde des enfants.

Ce rééquilibrage peut s'étendre à la contraception, des études suggérant que les hommes plus jeunes sont plus susceptibles de la considérer comme une responsabilité partagée.

Certains groupes d'hommes, en particulier ceux qui sont plus instruits, plus aisés et qui accordent moins d'importance aux rôles traditionnels des hommes et des femmes, sont plus susceptibles d'être favorables à la contraception masculine et même d'en vouloir.

Bien que bienvenue, la disponibilité massive d'une pilule pour hommes ne garantira pas son utilisation, un problème que nous avons également vu avec les taux de stérilisation.

Alors que la vasectomie masculine a été inventée il y a près de 200 ans, la stérilisation féminine est 10 fois plus répandue dans le monde, même si elle est moins efficace, plus coûteuse et plus sujette aux complications.

Une plus grande égalité entre les sexes est une première étape nécessaire pour éliminer les obstacles sociaux et économiques à la mise au point de contraceptifs masculins.

Cela fait 50 ans que nous attendons une pilule pour homme, n'attendons pas 50 ans de plus.


BBC

Mardi 22 Octobre 2019 - 16:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter