Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Loi générale d'accès à l'information: le ministère de la Justice veut en faire une réalité !

Le Secrétaire d’Etat auprès du Garde des sceaux chargé de la promotion des Droits humains et de la Bonne gouvernance, Mamadou Saliou Sow, a présidé hier un atelier de partage sur le processus d’adaptation d’une loi générale d’accès à l’information. L’objectif était de finaliser cette loi pour son adoption effective.



Loi générale d'accès à l'information: le ministère de la Justice veut en faire une réalité !
Faire d’une réalité la loi générale d’accès à l’information au Sénégal, c’est le vœu du ministère de la Justice. C’est dans ce cadre que des acteurs ont tenu hier un atelier pour examiner les défis à relever, d’identifier les points de convergence et de réaliser des aspirations collectives à faire de l’accès à l’information une réalité. En effet, il s’agit pour le Sénégal de se doter d’une loi régissant l’accès à l’information pour favoriser l’émergence d’une administration moderne et d’un secteur privé performant.

« L’accès à l’information est un droit fondamental reconnu par la Constitution du Sénégal, qui est notre charte fondamentale, mais aussi par les instruments juridiques internationaux ratifiés par le Sénégal. Trois raisons me poussent à dire cela. Premièrement, les citoyens ont besoin d’avoir accès à des informations, puiser des sources pour consolider leur opinion. Deuxièmement, l’accès à l’information permet de renforcer, de consolider la démocratie  et  l’état  de  droit.  Troisièmement,  il permet  aussi  aux  citoyens  de  renforcer  la transparence et la participation citoyenne. Il s’y ajoute également le contrôle citoyen, la réduction des comptes, l’efficacité pour une administration de qualité. Donc c’est la raison pour laquelle aujourd’hui le Sénégal a décidé d’accélérer la réforme portant sur la loi de l’accès à l’information. Ce qu’il faut comprendre est que le citoyens aujourd’hui a besoin d’avoir une source officielle pour s’abreuvoir  » a fait s’avoir le Secrétaire d’Etat auprès du Gardes des sceaux chargé de la promotion des droits humains et de la bonne gouvernance, Mamadou Saliou Sow

Le Sénégal, outre la loi d’accès à l’information qui tarde encore à connaitre une application qui la rendrait effective, parait être un bon élève dans d’autres domaines. A en croire les initiateurs de cette rencontre, des grands pas ont été posés pour l’accès à l’information. En 2019, le Sénégal a adhéré au partenariat pour un gouvernement ouvert. Dans ce partenariat, quatre critères fondamentaux ont été établis.

Sur la transparence budgétaire, le Sénégal a eu 4 /4 ; sur la participation citoyenne le Sénégal a encore fait des bonds avec encore une note 4 /4 et 4 /4 sur la déclaration du patrimoine. Pour l’accès à l’information, le Sénégal a eu 2 /4 par cette loi qui était dans le circuit administratif et qui tarde à être adoptée et encore moins votée. « Cette rencontre permet de finaliser cette loi avec l’ensemble des partenaires, notamment avec les administrations publiques et celles des privées ayant une missions de service public notamment les institutions, les organisations de la société civile pour arriver, en tout cas, à faire une loi sur l’accès à l’information qui  nous permettra de respecter  entièrement les critères qui ont été établis » a conclu le représentant du ministre de la Justice.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Mercredi 18 Novembre 2020 - 09:52


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter