Madagascar: une vidéo d'exactions policières dans un village provoque un tollé

A Madagascar, l'affaire des villages incendiés dans la localité d'Antsakabary, dans le nord du pays, refait surface. Depuis jeudi 15 mars, une vidéo montrant des policiers en train de maltraiter des dizaines d'habitants dans un village en flamme circule sur les réseaux sociaux. Une vidéo que l'ONG Amnesty International a authentifiée. Le 22 février 2017, 42 policiers ont incendié près de 500 habitations (487). Une femme qui n'avait pu s'enfuir est morte brûlée. Une expédition punitive après que de deux leurs collègues ont été tués lors d'une vindicte populaire, explique Amnesty International.



Des habitations en flammes. Une cinquantaine de villageois allongés sur le ventre, les mains ligotées dans le dos. Quelques secondes plus tard, des hommes attachés les uns aux autres sont contraints de marcher à genoux. Des policiers en arme leur ordonnent de répéter cette phrase « Tsy mety mamono polisy » – « Ce n'est pas bien de tuer des policiers » en français.
 
Des scènes qui correspondent au rapport de la Commission nationale indépendante des droits de l'homme (Cnidh) qui s'était rendue sur les lieux peu de temps après les faits. Elle avait aussi relevé des tortures, pillages, humiliations, atteintes à la pudeur et extorsions d’aveux.
 
Une enquête en cours
 
Depuis plus d'un an, aucun policier mis en cause n'a été jugé. Il y a trois mois, le Premier ministre Olivier Mahafaly s'était exprimé sur cette affaire. « Le gouvernement aussi est préoccupé par ce cas Antsakabary, avait-il déclaré. L'enquête est en cours. Ce n'est pas faute de volonté de la part du gouvernement mais pourquoi l'enquête traine ? Parce qu'on a vraiment du mal à avoir des témoins à charge. »
 
Joint par téléphone, le directeur de cabinet du ministère de la Sécurité publique, Jean Rostand Rabialahy, indique que « les policiers mis en cause ont été entendus par d'autres policiers chargés de mener cette enquête, ajoutant qu'il n'y a pas de blocage au niveau du ministère. Le dossier est désormais entre les mains de la justice ». Mais pour que la justice enquête sur ces policiers, une autorisation de poursuite émanant du ministère de la Sécurité publique est obligatoire.

Rfi.fr

Dimanche 18 Mars 2018 - 07:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter