Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Mali: plusieurs civils tués à Mondoro, dans la région de Mopti

​Le massacre d'Ogossagou, au Mali, peut-il constituer un crime contre l'humanité ? C'est ce que laisse entendre le rapport préliminaire des enquêteurs de l'ONU. Ils publient leurs premières conclusions après ces tueries du 23 mars où au moins 156 Peuls ont été assassinés. Les Nations unies évoquent une attaque « planifiée, organisée, et coordonnée ». Si ce massacre d'Ogossagou est le plus sanglant depuis des années, d'autres attaques sont survenues et surviennent encore depuis cette date. Ces derniers jours encore, 18 civils ont été tués non loin de la localité de Mondoro, dans la région de Mopti, dans le centre du pays.



Selon un adjoint du maire de la localité de Mondoro, tout a commencé par une explosion à quelques kilomètres de sa commune lorsqu’un véhicule de l’armée malienne a sauté sur une mine. Spontanément, des autochtones se sont dirigés sur les lieux pour porter secours aux militaires mais « sur place, des hommes armés, de présumés jihadistes, ont automatiquement ouvert le feu sur des civils, tuant douze personnes », explique un autre élu.Ensuite, des mines auraient été enfouies dans les corps.

24 heures plus tard, quasiment dans le même secteur, ce sont six autres civils qui sont tués, toujours par de présumés jihadistes.

L’annonce du nombre élevé de victimes a créé un vif émoi au sein de la population qui souhaite clairement un renforcement sur place de la sécurité pour faire face à ceux que l’on qualifie encore de « terroristes ».

Ces derniers sèment la terreur, particulièrement dans la zone. Selon différents témoignages, ils menacent des civils en appelant parfois directement sur leur téléphone portable. Ils procèdent également à des enlèvements de personnes, sans oublier les embuscades tendues. C’est leur loi qui règne sur des axes routiers du centre du Mali.

Rfi.fr

Samedi 4 Mai 2019 - 10:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter