Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Migration et mobilité internationales au Sénégal : 452.135 entrées enregistrées contre 465.520 sorties dans le pays en 2019



Migration et mobilité internationales au Sénégal : 452.135 entrées enregistrées contre 465.520 sorties dans le pays en 2019
Selon les données fournies par la Direction de la Police de l'Air et des Frontières (DPAF) à l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD),  les individus ayant la nationalité sénégalaise sont ceux qui font le plus d’entrées (452.135) et de sorties (465.520) dans le pays. Ce qui fait qu’il y a eu plus d’entrées que de sorties du territoire nationale avec un solde migratoire global de 102.472 personnes.

Les Africains hors CEDEAO font le moins d’entrées (47.239) et de sorties (42.691). Le solde migratoire (différence entre les entrées et les sorties du territoire national) positif montre qu’il y a eu beaucoup plus d’entrées que de sorties du territoire national. Le solde le plus élevé est celui de la zone CEDEAO y compris la Mauritanie mais sans le Sénégal (99.140), il est suivi de ceux de l’Europe (12.941) et de l’Afrique hors CEDEAO (4.548).

Les soldes migratoires négatifs du Sénégal et du Reste du Monde (hors Afrique et Europe) respectivement de -13.385 et de -772 montrent qu’il y a plus de sorties de Sénégalais et de ressortissants du « Reste du monde » vers l’étranger que d’entrées, lit-on dans le rapport.

Les entrées au Sénégal sont liées à 27% aux visites des parents et amis, à 18% au retour des résidents, à 13% aux vacances ou tourisme, à 5% aux affaires, à 3% aux conférences, à 2% aux pèlerinages ou aux activités religieuses, et à 1% aux soins de santé. Toutefois, 31% des entrées sont liées à d’autres motifs.

De même, les sorties du Sénégal sont dues à 22% aux visites des parents ou amis, à 15% aux vacances ou tourisme, à 12% aux retours des résidents, à 7% aux affaires, à 2% aux conférences, à 2% aux pèlerinages ou activités religieuses, à 1% aux soins de santé. Les 39% restants sont dus à d’autres motifs.

Pour les arrivées comme pour les départs, il apparait que les hommes effectuent plus de déplacement que les femmes. Selon les statistiques du dernier semestre de 2018, on dénombre 454.735 arrivés d’hommes contre 270.543 de femmes. Pour les départs sur la même période, les personnes concernées sont au nombre de 424.806 chez les hommes et de 256.629 chez les femmes.
 

Salif SAKHANOKHO

Jeudi 24 Septembre 2020 - 12:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter