Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Nigeria: au moins 43 agriculteurs assassinés par Boko Haram dans l’État de Borno

Au moins 43 fermiers ont été tués par Boko Haram, samedi 28 novembre, dans le nord-est du Nigeria, alors que les habitants de la région se rendaient aux urnes pour élire leurs représentants et conseillers locaux. Ce drame est donc venu ternir le premier scrutin depuis 13 ans dans cette région secouée par une insurrection jihadiste, qui a fait 36 000 morts et deux millions de déplacés depuis 2019.

PUBLICITÉ


Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

« Le pays entier est blessé par ces assassinats insensés », a déclaré samedi soir le président nigérian Muhammadu Buhari qui « condamne le meurtre de ces agriculteurs dévoués à leur travail par des terroristes ».

Au petit matin, ce dimanche 29 novembre, le gouverneur de l’État de Borno a assisté à l’enterrement des fermiers, assassinés samedi dans leurs champs par les hommes du groupe Boko Haram.

Devant leurs corps sans vie, emmaillotés dans des tissus blancs, le gouverneur de l’État a rappelé le sort douloureux des habitants de la région qui doivent faire face à la menace jihadiste à chaque fois qu’ils sortent dans leurs champs pour tenter de nourrir leurs familles.

Newsletter
Recevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Je m'abonne
L’attaque de samedi est survenue dans une rizière située à une dizaine de kilomètres seulement de la ville de Maiduguri. Quarante-trois corps sans vie ont été retrouvés sur les lieux, tous égorgés, mais le bilan des victimes pourrait être encore plus lourd, selon les autorités. Plusieurs fermiers, en effet, sont toujours portés disparus et présumés kidnappés par les jihadistes.

Retour à un quotidien risqué
La crise humanitaire, conséquence du conflit qui ravage le nord-est du Nigeria depuis plus de dix ans, s’est encore aggravée ces derniers mois à cause des mauvaises récoltes et des restrictions de circulation liées à la pandémie de coronavirus.

Faute de ressources financières, les autorités nigérianes encouragent désormais les déplacés qui vivent dans des camps autour de Maiduguri et dépendent entièrement de l’aide alimentaire, à regagner leurs villages et à reprendre la culture de leur champ, malgré les risques encourus.



« Le pays entier est blessé par ces assassinats insensés », a déclaré samedi soir le président nigérian Muhammadu Buhari qui « condamne le meurtre de ces agriculteurs dévoués à leur travail par des terroristes ».

Au petit matin, ce dimanche 29 novembre, le gouverneur de l’État de Borno a assisté à l’enterrement des fermiers, assassinés samedi dans leurs champs par les hommes du groupe Boko Haram.

Devant leurs corps sans vie, emmaillotés dans des tissus blancs, le gouverneur de l’État a rappelé le sort douloureux des habitants de la région qui doivent faire face à la menace jihadiste à chaque fois qu’ils sortent dans leurs champs pour tenter de nourrir leurs familles.

L’attaque de samedi est survenue dans une rizière située à une dizaine de kilomètres seulement de la ville de Maiduguri. Quarante-trois corps sans vie ont été retrouvés sur les lieux, tous égorgés, mais le bilan des victimes pourrait être encore plus lourd, selon les autorités. Plusieurs fermiers, en effet, sont toujours portés disparus et présumés kidnappés par les jihadistes.

Retour à un quotidien risqué
La crise humanitaire, conséquence du conflit qui ravage le nord-est du Nigeria depuis plus de dix ans, s’est encore aggravée ces derniers mois à cause des mauvaises récoltes et des restrictions de circulation liées à la pandémie de coronavirus.

Faute de ressources financières, les autorités nigérianes encouragent désormais les déplacés qui vivent dans des camps autour de Maiduguri et dépendent entièrement de l’aide alimentaire, à regagner leurs villages et à reprendre la culture de leur champ, malgré les risques encourus.

RFI

Dimanche 29 Novembre 2020 - 15:22


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter