Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Nigeria: le leader du MIN mécontent de son séjour médical en Inde

​Séjour médical agité en Inde pour Ibrahim Zakzaky et son épouse Zeenah. Le couple est en liberté conditionnelle et séjourne dans un hôpital de New Dehli depuis le début de la semaine sous haute surveillance sécuritaire. Le chef du Mouvement islamique du Nigeria (MIN) dénonce aujourd'hui les conditions de ce séjour. Pourtant très affaibli selon ses proches, il menace de refuser les soins et d'exiger une décharge qui conduirait à un retour au Nigeria. Son visa en Inde étant exclusivement pour un séjour médical. Le bras de fer se transforme en guerre des nerfs entre le Mouvement et les autorités d'Abuja.



Dans un enregistrement audio, Ibrahim Zakzaky reproche aux autorités nigérianes de rendre « son séjour en Inde invivable ».Le leader du MIN décrit la forte présence de forces de sécurité à l'intérieur et à l'extérieur de l'hôpital Medanta de New Dehli.

Il regrette que son médecin personnel n'ait pas l'autorisation d'être intégré à l'équipe médical qui le soigne. Une équipe, souligne-t-il, qui n'est pas la même que celle avec qui son entourage et lui étaient en contact.

Dans un communiqué officiel, Grace Gekpe, la secrétaire permanente du ministère nigérian de l'Information et de la Culture, rappelle le statut de détenu toujours en cours du chef spirituel, malgré sa liberté conditionnelle.

Zeenah et Ibrahim Zakzaky, indique la haute fonctionnaire, sont accompagnés en Inde par leurs médecins personnels et par des proches aidants. Le leader du MIN, écrit aussi Grace Gekpe, a réclamé en vain d'avoir la liberté de circuler dans New Delhi. Selon elle, il aurait aussi demandé de séjourner dans un hôtel 5 étoiles.

Enfin, Grace Gepke a remercié les autorités indiennes. Celles-ci auraient signifié à Ibrahim Zakzaky que ses conditions de séjour et de soin en Inde n'étaient pas négociables.

Rfi.fr

Vendredi 16 Août 2019 - 09:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter