Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Passation de service à la primature : un avant goût de la déclaration de politique général

Cheikh Hadjibou Soumaré a passé le témoin à Souleymane Ndéné Ndiaye. La cérémonie de passation de service qui s’est déroulée ce samedi 2 mai au neuvième étage du building administratif a été l’occasion pour le nouveau Premier ministre de décliner sommairement sa feuille de route et exhorter les membres de son gouvernement à plus d’abnégation dans la tâche. Le Premier ministre sortant n’a pas tari d’éloges à l’endroit de son successeur. Cheikh Hadjibou Soumaré lui a toute de même signifié les urgences



Cheikh Hadjibou Soumaré (gauche) passe le témoin à Souleymane Ndéné Ndiaye (Droit) à la primature
Cheikh Hadjibou Soumaré (gauche) passe le témoin à Souleymane Ndéné Ndiaye (Droit) à la primature
Cheikh Hadibou Soumaré part, Souleymane Ndéné Ndiaye s’installe à la primature. La passation de service s’est faite ce samedi 2 mai au siège du gouvernement du Sénégal. Le nouveau Premier ministre a, ainsi, donné les grands axes de sa politique. Souleymane Ndéné Ndiaye a fait savoir que son programme de gouvernement va reposer sur cinq principes que sont : «Etat de droit, bonne gouvernance, réduction des inégalités sociales et éradication de la pauvreté, citoyenneté responsable, réalisation de l’Union Africaine».

Il va aussi, de son avis, se reposer sur cinq leviers à savoir: politique économique et financière, politique d’infrastructures, de décentralisation, de développement local, d’aménagement et de continuité du territoire, politique de solidarité nationale, de concertation et de dialogue social, politique culturelle, politique étrangère, d’intégration africaine et de coopération internationale. Pour rendre effectif ces principes et leviers, le néo-chef du gouvernement compte sur cinq forces motrices que sont : «les femmes, la jeunesse, la diaspora, les acteurs économiques et les paysans, pasteurs et pêcheurs (3P)».

Le maire de Guinguinéo et successeur de Cheikh Hadjibou Soumaré s’est, d’emblée fixé douze priorités. Il s’agit, selon lui, du monde rural, de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’enseignement technique, de l’Education, de la Santé et prévention, du cadre de vie et bien-être des populations, de l’énergie, de l’hydraulique, des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) du Tourisme, de l’Artisanat et activités culturelles et enfin de la sécurité intérieure et extérieure et protection des personnes et des biens.

Souleymane Ndéné Ndiaye a conseillé aux membres de son gouvernement : «parlons moins, travaillons plus, tâtons de plus près le pouls des populations, répondons sans répit à leurs attentes quotidiennes». Il a fait de la maxime de Birago Diop : «Ecoute plus souvent le peuple, la voix du plus s’entend, entend la voix du peuple» sa bréviaire.

Son prédécesseur, Cheikh Hadjibou Soumaré a, après avoir remercié tout le monde notamment le chef de l’Etat, les membres du gouvernement et toute l’administration, fait comprendre à celui qu’il appelle affectueusement «Jules» que «les attentes des populations sont nombreuses, la tâche est immense. Mais, il n’y a pas d’aventure plus exaltante, d’ambition plus noble que celle de servir son pays».

La cérémonie de passation de service a mobilisé du monde. Quelques ministres et autorités de la République, amis, proches et familles du nouveau chef du gouvernement ont tenu à lui présenter leur sympathie et leur solidarité.


Samedi 2 Mai 2009 - 20:45




1.Posté par Ibrahima Sylla le 03/05/2009 11:58
Nous souhaitons bonne réussite au nouveau chef du gouvernement sénégalais, en rappelant que, comme ses prédécesseurs, beaucoup d'espoir reposent sur lui. La population est peinée, harassée par la pauvreté, la maladie, le chômage des jeunes, le manque de ressources de toutes sortes. Comme par enchantement, le Premier ministre aborde dans le sens de mettre dans ses priorités les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC). Il y a quelques semaines, le nouveau maire de Dakar, Khalifa Sall, faisait lui aussi connaître son souhait de mettre à contribution les TIC pour venir à bout des problèmes de mauvaise gouvernance, du manque de transparence, etc. Nous saluons tous ces engagements, mais nous ne pouvons manquer de dire que tout cela n'a rien d'innovant. D'autres élus avaient emprunté ces voies sans résultats concluants. Les élus en font souvent un phénomène de mode et non une démarche de fond. C'est à cela que nous invitons les nouveaux élus, qu'ils ne se contentent pas de répéter les mêmes erreurs et impertinences, notamment dans le domaine de l'utilisation des TIC au service de la bonne gouvernance, de la lutte contre la pauvreté, du développement local, qui nous intéresse au premier chef.
Cordialement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter