Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Pourquoi un Français a construit un château 'Tudor' au Burkina Faso

Originaire de France, Thibault Fornier, 55 ans, et son associé, Jean Koala, 28 ans, ont passé les 10 dernières années à construire un château "Tudor", avec tourelles et créneaux, à la périphérie de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou.



Pourquoi un Français a construit un château 'Tudor' au Burkina Faso

Hamerkop Manor est vaguement inspiré de Hampton Court Palace, la résidence d'Henry VIII, à la périphérie de Londres.

M. Fornier explique ses motivations: "j'aime la famille royale. Pas tous ses membres, mais j'aime la reine."

"Je la vois comme la gardienne de la civilisation occidentale. Je suis convaincue qu'après le départ de la reine, la civilisation occidentale disparaîtra avec elle."

 


Pourquoi un Français a construit un château 'Tudor' au Burkina Faso

M. Koala a joué un rôle majeur dans la transformation de Hamerkop en entreprise. Pour aider à couvrir les coûts des travaux de construction en cours, il est désormais géré comme un club privé appelé "The Windsors".

En tant que chef cuisinier, M. Koala a opté pour un menu français - plutôt que britannique, disponible en sept services.

En revanche, presque tous les autres aspects de Hamerkop ont une saveur typiquement britannique - comme les tourelles du château de 12 mètres (39 pieds) et une chaumière Tudor. Il y a aussi de petites collections de souvenirs.

C'est à l'âge de 15 ans que M. Fornier est tombé amoureux de la culture britannique. C'était après un séjour linguistique au Royaume-Uni.

"J'aime le style de vie anglais, les voitures anglaises, l'architecture... J'ai même acheté une Rolls Royce le jour même où j'ai acheté ce terrain", dit-il.

Arrivé en Afrique de l'Ouest dans les années 80, il a travaillé dans le secteur de la publicité au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire et au Sénégal. Il a investi une grande partie de l'argent qu'il a gagné dans la construction de Hamerkop. Et cela continue d'ailleurs, explique-t-il.


Pourquoi un Français a construit un château 'Tudor' au Burkina Faso
Sur le rebord de la fenêtre de la cuisine, il y a un pot scellé de marmelade commémorative du mariage du prince Charles et de Lady Diana Spencer. Des peintures et des croquis de divers membres de la famille royale de Windsor sont parsemés sur les murs dans de nombreuses chambres.
 
Une grande partie du mobilier est importé d'Europe, ce qui confère une atmosphère typiquement britannique.
 
Dans le couloir, une sculpture accueille les invites. Réalisée grandeur nature par un artiste burkinabé représentant un cerf en métal.
 
Des symboles évoquant la mort existent dans tout Hamerkop.
 
Il y a une petite chapelle remplie d'icônes catholiques, qui, selon M. Fornier, a été faite pour commémorer des êtres chers décédés, en particulier sa mère.
 
Au-dessus de la cheminée du salon, se trouve une reproduction de l'Ile des morts, un tableau d'Arnold Böcklin.
 
Sur le rebord de la fenêtre se trouve une statuette de la crucifixion entourée d'objets traditionnellement associés à la sorcellerie au Burkina Faso - la main d'un singe, une carapace de tortue et des pointes de porc-épic, incrustés à l'intérieur des cloches.

Pourquoi un Français a construit un château 'Tudor' au Burkina Faso
"J'essaie de montrer le lien entre les religions ici. Parce que quelqu'un a foi en la main d'un singe, nous l'appelons animiste. Pour moi, toutes les religions se valent. Nous croyons tous en un être supérieur", a déclaré M. Fornier.
"Je suis chrétien, mais je suis particulièrement fasciné par les cérémonies funéraires [catholiques]", ajoute-t-il.
"Cage dorée"
Certains visiteurs estiment que Hamerkop peut être perçu comme un retour inconfortable à une époque coloniale, mais M. Fournier souligne qu'il s'est bien intégré dans le village.
 
D'après lui, à son départ, son associé et ses enfants ne continueront probablement pas à diriger Hamerkop.
 
"Je pense que [cela] s'effondrera, mais les gens visiteront encore dans 30 ou 50 ans.
 
"Ils vont voir les ruines et se dire qu'une sorte de folie a existé ici autrefois."

BBC

Mardi 7 Avril 2020 - 13:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter