Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Présidentielle 2019: Macky Sall contraint au second tour par Karim et Sonko - les détails du sondage

La réélection de Macky Sall dès le premier tour de la présidentielle de février 2018 ne serait qu'une chimère. Selon un sondage publié par l'agence Statinfo basée à Dakar aux Maristes, le président sortant ne serait crédité que de 45,9 % contre 15,1% pour Karim Wade et 14,8% pour Sonko. Idrissa Seck ne serait classé qu'à la quatrième place. Des chiffres qui pourraient créer la polémique et la panique dans certains états majors qui se voient déjà au palais présidentiel ou même dans le camp du pouvoir prêt à tout pour conserver sa position.



Présidentielle 2019: Macky Sall contraint au second tour par Karim et Sonko - les détails du sondage
Le président sortant Macky Sall aurait du souci à se faire. Au lendemain d'une investiture en très grande pompe qui a réuni quatre chefs d'Etat de la sous-région et tous les pontes de son parti, un sondage qui contredit toutes leurs prévisions apparait au grand jour. Il le place certes, en tête mais le conduit également au second tour face à Karim Wade ou Ousmane Sonko. Un scénario qui serait d'un très lourd danger pour sa réélection. 

Selon le sondage réalisé à Dakar, Thiès, Diourbel et Kaolack par StatInfo entre le 1er et le 14 novembre 2018, portant sur un échantillon de 3.625 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus.

« Macky, Karim et Sonko serait le trio de tête si les élections présidentielles se tenaient aujourd’hui », lit-on dans le document transmis à PressAfrik, qui révèle que le président Sall est crédité des 45% des intentions de votes et dépasse d’au moins 30 points ses principaux rivaux : Karim et Sonko.

Le deuxième sur la marche du podium est Karim Wade qui jouit de 15% des intentions de vote et tient Ousmane Sonko à 0,3 points. Ce qui veut dire que la lutte pour la deuxième place sera rude si la candidature de Karim est confirmée, explique la même source. 

Etonnant peut-être, mais on retrouve le président de Rewmi, Idrissa seck au pied du podium, car il polarise 8% de l’électorat et est devancé dans sa propre base par le président Sall qui totalise 39% des intentions à Thiès contre 18% pour lui. 

L’ex-maire de Dakar Khalifa Sall cède du terrain et se retrouve à 7% des intentions. Même dans la capitale, il est largement dominé par les trois premiers (Macky, Karim et Sonko) alors que les précédents sondages le positionnaient à la première place. 

Egalement, on retrouve des candidats ou partis ayant « moins d’envergure tels que Bougane Gueye Dany avec 2,7% et le PUR (Moustapha sy et Issa Sall) avec 3,2% des intentions. Le Grand parti de Malick Gakou a 1% des intentions et n’est présent que dans les régions de Dakar et Thiès. 

Les deux anciens cadres du Parti démocratique sénégalais (Pds), Aida Mbodj et Me Madické Niang dont la candidature avait suscité beaucoup de polémiques au sein du parti, ont chacun près de 0,8%. Tous les autres candidats ont moins de 0,5%, selon cette enquête.

StatInfo est un cabinet d’étude basé au Sénégal et spécialisé dans la production et l’analyse de l’information statistique. Il s’est engagé dans la mise en œuvre d’un sondage sur les côtes de popularité des personnalités politiques à Dakar. Cette opération, renseigne-t-il, avait pour objectifs « d’apprécier les bonnes opinions ou côte de popularité, les intentions de vote et la répartition géographique de l’électorat de chaque coalition ».

Salif SAKHANOKHO

Lundi 3 Décembre 2018 - 14:27




1.Posté par Max le 03/12/2018 22:48
Le sondage du cabinet « Stat Info », publié ce 3 décembre 2018 sur le site d’informations Dakaractu, est présenté comme le résultat d’une étude sérieuse sur les « bonnes opinions ou côte de popularité, les intentions de vote et la répartition géographique de l’électorat de chaque coalition ». L’échantillon des 3 625 personnes consultées entre Dakar, Thiès, Diourbel et Kaolack ne nous renseigne pas sur la structure de la population sénégalaise enquêtée rapportée aux projections démographiques (15-19, 20-24, 25-29, 30-34, 35-39, 40-44, 45-49, 50-54, 55-59, 60-64, 65-69, 70-74, 75-79, 80 et+), le sexe, la profession, le milieu et la démographie de la zone d’enquête, etc… mais aussi et surtout leur inscription au fichier électoral. Toutes les informations qui permettent de valider la méthodologie employée. L’article nous est apparu très confus par ses approximations des sciences sociales. Soit, l’auteur est limité en matière d’études statistiques, soit l’exercice procède d’une tentative de préconditionnement psychologique du collège électoral dans les circonscriptions précitées.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter