PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




RDC: l'ONU alerte sur les violations des droits de l'homme dans le Kasaï-Central



 
Ces derniers mois, on a assisté à plusieurs épisodes de violences dans la province du Kasaï-Central en République démocratique du Congo. Des heurts opposant notamment les forces de l'ordre et des miliciens, partisans du défunt chef coutumier Kamwina Nsapu, qui s'en prennent régulièrement à tout ce qui représente l'autorité de l'Etat sur le territoire. A chaque fois, l’ONU a été avertie de possibles cas de violations graves des droits de l'homme contre des civils, attribués à la fois aux miliciens mais aussi aux forces de sécurité. Le bureau des Nations unies pour les des droits de l'homme a envoyé du 7 au 17 novembre une mission d'enquête dans plusieurs villages.
 
Il y a d'abord les exactions attribuées à l'armée congolaise. Selon l'ONU, 117 civils auraient été tués par des balles FARDC entre le 22 juillet et le 30 octobre dernier : des hommes, des femmes et des enfants qui ne combattaient pas auraient été tués chez eux dans leur village, précise une source, alors qu'ils n'auraient aucun lien clairement établi avec des miliciens. Les Nations unies parlent donc d'exécutions extrajudiciaires.
 
Quant aux crimes attribuées aux miliciens, des exactions ont également été signalées à l'ONU, mais elles ont été plus difficiles à documenter, faute d'accès à Kananga notamment, le chef-lieu de la province. L'ONU a finalement recensé sept assassinats, dont quatre par balle, sans préciser si les victimes sont ou non des policiers.
 
Sans oublier des attaques répétées contre des symboles de l'autorité de l'Etat. Quatorze postes de police ont ainsi été incendiés et pillés, six bureaux administratifs, huit églises, deux écoles et un centre de santé. Quant aux revendications des miliciens, écrit l'ONU, elles consiste plutôt à « demander le départ du chef de l'Etat », dans cette province où de longue date une partie de la population conteste sa légitimité.
 
Le porte-parole de l'armée congolaise n'a pas souhaité réagir. Quant à la police, elle n'était pas en mesure mercredi soir de fournir un bilan actualisé du nombre de policiers tués au cours de ces différents épisodes de violences.

rfi.fr

Jeudi 15 Décembre 2016 - 15:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter