Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



RDC: réactions mitigées après le maintien des sanctions de l’UE contre 12 officiels

Deux noms ont été retirés de la liste des personnalités congolaises sanctionnées par l’Union européenne : le député Lambert Mende et Roger Kibelisa, l’ancien responsable de la sécurité intérieure à l’ANR aujourd’hui à la présidence de la République. Néanmoins, douze personnes restent visées par ces mesures.



Emmanuel Ramazani Shadari, ancien candidat à la présidentielle, reste sous santions de l'Union européenne. © Luis TATO / AFP
Emmanuel Ramazani Shadari, ancien candidat à la présidentielle, reste sous santions de l'Union européenne. © Luis TATO / AFP

Lambert Mende n’est plus sous sanctions, mais l’ancien ministre reste amer. Il dit désapprouver de la manière la plus catégorique les sanctions qui sont pour lui une « espèce de mise sous tutelle déguisée » pour amener les dirigeants congolais à changer leurs orientations politiques.

Aujourd’hui encore, il assure ne pas connaître les raisons de sa mise sous sanctions : « J’ignore, jusqu’à aujourd’hui exactement, ce que j’ai pu poser comme acte répréhensible pour mériter d’être ainsi livré à la vindicte populaire. »

Du côté de la coalition du nouveau président, l’actuel ministre de la Communication, Jolino Makelele, estime qu’il s’agit là d’une décision souveraine de l’UE : « Le gouvernement ne peut que s’incliner face à une décision qui est souveraine. »

« Nous allons continuer le combat »

Côté coalition pro-Kabila, Célestin Tunda Ya Kasende, vice-Premier ministre en charge de la justice, parle d’un pas dans la bonne direction. Mais, selon lui, il faut aller plus loin : « Pour le moment, nous prenons acte, mais nous déclarons solennellement et très haut que nous allons continuer le combat. »

Pour le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya, l’Union européenne devrait tourner définitivement la page des sanctions, vu que « l’ex-président Joseph Kabila a réussi une alternance pacifique et démocratique. »

Rfi.fr

Mardi 10 Décembre 2019 - 11:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter