PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Trafic présumé de faux médicaments au Bénin: dans l'attente du verdict

C'est ce mardi 13 mars que la justice béninoise rend sa décision dans le procès de trafic de médicaments falsifiés. Quinze prévenus - dont les plus célèbres sont les patrons d'entreprises grossistes pharmaceutiques, qui ont comparu le 6 mars seront fixés sur leur sort judiciaire. Parmi eux un Français de Promopharma. L'audience, ouverte en flagrant délit, s'est tenue le 6 mars.



Cinq ans d'emprisonnement et 50 millions de FCFA d'amende requis contre chacun des cinq patrons des structures pharmaceutiques. Même sanction réclamée pour un ressortissant indien, collaborateur d'affaires du député Mohamed Atao Hinnouho. Tous sont poursuivis pour «exercice illégal de pharmacie», «complicité», et «abus de fonction».
 
Le procureur désigne le parlementaire, proche de l'opposition, comme la pièce essentielle du «système». Il est activement recherché et la justice demande la  levée de son immunité.
 
Tout est parti de l'arrestation d'un livreur de médicaments qui a conduit dans des entrepôts «appartenant au député et à sa compagne».  La police y saisira 151 tonnes de médicaments et de réactifs.
 
Les enquêtes révèlent aussi  que des sociétés appartenant au couple auraient livré des structures agréées. La justice les accuse de «s'être approvisionnés consciemment» chez des gens qui ne sont «ni grossistes», «ni pharmaciens».
 
Les avocats des prévenus, une quarantaine, se sont attachés à démontrer que les prévenus n'étaient en rien coupables. Ils ont plaidé «la nullité de la procédure» et la «non constitution de l'infraction».
 
Trois juges ont été commis et leur verdict devrait être rendu dans la matinée.

Rfi.fr

Mardi 13 Mars 2018 - 09:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter