Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Trou de 100 milliards, finances publiques en mal: les grosses révélations de Sonko sur l'Etat du pays



Ousmane Sonko a déclaré que le dialogue appelé par le président Macky Sall est « une manœuvre pour se décharger de la situation catastrophique du pays ». Il a aussi indiqué que nous assistons à un vaste cirque sous prétexte d’un président neutre.
 
« Nous assistons à un vaste cirque sous prétexte d’un président neutre. Je n’ai rien contre ceux qui ont été désignés. Où étaient-ils ces personnalités crédibles, pendant les 7 ans que Macky Sall foulait du pied les règles fondamentales et sacrées de notre consensus nationale. On en n'a jamais entendu un seul, ne serait-ce que faire une tribune pour rappeler à l’ordre Macky par rapport à ses dérives. Ils étaient où, quand par manque de patriotisme le même Macky Sall livrait notre économie aux intérêts étrangers et vandalisait nos ressources naturelles dans une gestion nébuleuse et clientéliste », dénonce Ousmane Sonko.
 
Mieux, dit-il : « Tous ces criminel à col blanc qui ont pillé la poste, le Coud, la Direction général des impôts et domaines, le Port autonome, et qui aujourd’hui sont protégés par ce même Macky Sall. Ce dialogue cache des objectifs inavoués. Le premier objectif de ce dialogue est une manœuvre pour se décharger de la situation catastrophique du pays. Il cacherait la réalité des finances publiques. Avec un gap budgétaire à ce jour de plus de 100 milliards, et qui, s’il n’est pas résorbé se portera, d’ici la fin de l’année, à 340 milliards ».

Selon le leader du Pastef, les Sénégalais doivent s’attendre à souffrir ces cinq prochaines années. Car pour lui, « les choix à la base ont été mauvais, et Macky Sall a atteint ses limites et veut se baser sur ce prétendu dialogue, et demander à d’autres acteurs d’endosser et d’assumer à sa place. Il est clair maintenant que l’Etat n’a pas les ressources nécessaires pour organiser les élections locales de 2019. C’est cela qu'ils veulent cacher ».


Mercredi 29 Mai 2019 - 18:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter