Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Un rapport de l'ONU dévoile un vaste réseau de stupéfiants entre le Maroc, le Mali, le Niger et ou l’Algérie



Le flux de stupéfiants le plus régulier et le plus stable à travers le Mali reste la résine de cannabis, ou haschich, en provenance du Maroc, passant par la Mauritanie et le Mali à travers le Niger vers la Libye. 

Il est également fait mention de convois de haschisch emportant de la cocaïne, car les routes d'approvisionnement des deux produits de stupéfiants convergent au Mali et prennent la même direction.
 
Il existe diverses routes commerciales au niveau micro
 
C’est l’une des révélations du rapport du Groupe d'experts créé par la résolution 2374 de 2017 du Conseil de sécurité sur le Mali.
 
Le rapport dévoile un vaste réseau de stupéfiants entre le Maroc, le Mali, le Niger et ou l’Algérie. Le Groupe d'experts a reçu deux
témoignages précis de sources gouvernementales concernant une interception à Tabankort d'une tonne de cocaïne, effectuée par un avion de transport CASA CN-235 de l'armée malienne de Gao à Bamako pendant le week-end des 11 et 12 mai
2019 et serait sous la garde des services de sécurité maliens. Il existe diverses routes commerciales au niveau micro, qui peuvent se déplacer, se mélanger ou diverger, en fonction de décisions opportunistes.
 
Une cargaison de  haschich de 10 tonnes avait été transportée du Maroc dans des camions frigorifiques vers le Niger
 
Le rapport explique que les saisies effectuées sont souvent la conséquence de frictions entre des éléments qui coopéraient auparavant. Le 29 Avril 2020, la Haute Cour de Niamey a condamné les personnes arrêtées pour leur implication dans le trafic international des drogues en Avril 2018. Une cargaison de  haschich de 10 tonnes avait été transportée du Maroc dans des camions frigorifiques via la

Mauritanie, le Mali et le Burkina Faso vers le Niger. La plus grande partie de la cargaison, environ 07 tonnes, a été transportée dans un entrepôt à Niamey dans la nuit du 12 au 13 avril 2018 et aurait été acheminée vers la Libye. Deux mois après les arrestations, le 13 juin 2018, les autorités nigériennes ont confisqué 2,5 tonnes qui étaient cachées dans le même entrepôt.
 
 
Des barons condamnés par les justices de ces Etat.
 
 
Abdelali Boutafala, un ressortissant marocain, a été condamné à trois ans de prison. Il était arrivé la veille, avec Ali Boulouha, qui a échappé à l'arrestation et est retourné au Maroc, où il est surveillé par la police mais n'a pas été arrêté. Les deux Marocains avaient été suivis jusqu'à l'entrepôt. Le locataire de l'entrepôt, Almahdi Hamaou, de nationalité
nigérienne, a été condamné à quatre ans de prison, tout comme Ahmed Mohamed

Lackcherie, alias Banjar, qui aurait détourné une partie de la cargaison aux frais de Rouggy et Moulati. Banjar avait fui vers l'Algérie, mais a été arrêté à Tamanrasset le 16 décembre 2018 et extradé vers le Niger le 1er mars 2019.
 
La peine la plus élevée, par contumace, de 20 ans d'emprisonnement et une amende de 10 millions de francs CFA, sont tombés sur Mamane Korey Chana, comme Banjar de nationalité nigérienne et impliqué dans le détournement de drogue.
 
Il est important de noter que Taouling a été impliqué, avec Chana, dans une interception antérieure similaire en Juillet 2016 de 02 tonnes de cannabis et une importante somme d'argent appartenant à Sherif Ould Taher, un long temps associé.
 
Défunt Cherif Ould Abedine, ancien député fût un baron de la drogue
 
Un autre nom qui a émergé de l'enquête est Ghoumour Itouwa Bidika, un ancien chef rebelle pendant l'insurrection touareg au Niger de 2007 à 2009. Bidika était en contact avec Almahadi Hamaou, le locataire de  l'entrepôt où les médicaments ont été trouvés, responsables du transport vers la Libye.
 
Bidika était un proche associé du défunt baron de la drogue et ancien député, Cherif Ould Abedine, et avant la mort de ce dernier en février 2016, il était responsable du transport des expéditions de drogue d'Abedine dans le nord du Niger. Sa mort a provoqué la fracture des réseaux de trafic de drogue au Niger et la concurrence les uns avec les autres, malgré plusieurs tentatives pour les réunir sous une nouvelle direction.
 
SCS sera probablement une autre société écran utilisée pour couvrir les opérations de trafic de drogue.

 
Les autorités marocaines ont saisi 12 tonnes de haschich à Guerguerat dans un camion.

Le fret, constitué de plastiques sous lesquels des médicaments étaient cachés, était destiné à une société dénommée Sanfo Commerce et Service (SCS) à Bamako.

SCS portait le même nom de l'entreprise que le complice de Rouggy dans l'opération de trafic de cocaïne à Bissau en mars 2019, Sidi Ahmed Mohamed, avait l'intention de s'y implanter. Le Panel a inspecté, en coordination avec les autorités compétentes, les locaux déclarés de SCS à Bamako pour constater que l'adresse indiquée était la résidence d'une personne ne participant à aucune activité commerciale. SCS sera probablement une autre société écran utilisée pour couvrir les opérations de trafic de drogue.

Salif SAKHANOKHO

Lundi 17 Août 2020 - 21:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter