Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Vente appartements Bibo Bourgi: une preuve que le régime valide l’occupation du DPM, selon Mamadou Lamine Diallo



Vente appartements Bibo Bourgi: une preuve que le régime valide l’occupation du DPM, selon Mamadou Lamine Diallo
La chronique Questekki de ce mardi 28 juillet a été consacrée en grande partie par le problème foncier au Sénégal. Selon son animateur Mamadou Lamine Diallo,  ça risque « de devenir un point de cristallisation des injustices du régime BBY ».

Le député a pris l’exemple de la vente des appartements de Bibo Bourgi sur la Corniche Ouest de Dakar pour expliquer comment Macky Sall et son régime ont validé l’occupation du Domaine Privé Maritime (DPM).

« En effet, prenons quelques exemples, le DPM de la Corniche Ouest de Dakar. Le ministre Fofana a reconnu les occupations illégales de ce domaine et a promis un gel des travaux en attendant une concertation. Il a même dans une tribune accepté des mesures proposées par la Société Civile, le Perl », a-t-il écrit 

Avant d’ajouter: « Pourtant le gouvernement veut vendre des appartements saisis sur Bibo Bourgi par la CREI et situés sur le DPM. Quelle contradiction ! En vendant ces appartements, le gouvernement valide l’occupation du DPM ».

Aussi, Diallo souligne que « Les plages Anse Bernard auraient été déclassées par l’Etat et cédées à des Sud-Africains selon plusieurs concitoyens. On attend la clarification du ministre Fofana en campagne électorale permanente et très prompt à attaquer l’opposition patriotique et responsable. »
« Les 225 ha de Titre foncier de Babacar Ngom a Ndingler valent aujourd’hui 45 milliards »
« Le foncier en zone rurale, Ndengeler, Ngueniène pour ne citer que les cas plus connus concernant un phénomène généralisé. L’alliance des maires corrompus et la direction des domaines fait des ravages. Comment peut-on expliquer en l’état actuel de la législation, qu’une société qui a pignon sur rue certes comme Sedima, peut en 5 ans se retrouver avec un titre foncier de 225 ha qui correspond à une valorisation de 45 milliards de francs. Quelle mise en valeur de la Sedima lui a permis d’obtenir cette propriété Sur  les terres requalifiées de  lotissement de Djilakh dans la commune de Sindia, un titre foncier a été octroyé à la Sedima. Sauf à dédommager la Sedima, comment l’Etat peut lui retirer ce titre foncier sous peine d’être accusé de favoriser l’insécurité juridique », a écrit Mamadou Lamine Diallo, qui demande la réforme foncière annoncée par le régime en place.
 

AYOBA FAYE

Mardi 28 Juillet 2020 - 22:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter