Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



"800 millions pour financer le Dialogue national": "Decroix" s'attaque à Mamadou Lamine Diallo



"800 millions pour financer le Dialogue national":  "Decroix" s'attaque à Mamadou Lamine Diallo
La sortie du leader du mouvement Tekki soutenant que le dialogue national coûte 10 millions francs par jour, n’est pas du goût de Mamadou Diop Decroix. Sur sa page Facebook, il rappelle à son collègue député que le clavier et la souris ne peuvent pas changer les choses. Toutes griffes dehors, Mamadou Diop Decroix a taillé en pièces son col- lègue député Mamadou Lamine Diallo.
«Je viens d’apprendre, par un de ses adversaires, que le dialogue national coûte 10 millions par jour. Pourtant, il n’a pas encore dé- marré. Parle-t-il du dialogue politique qui a déjà démarré ? Si c’est le cas, alors ils seraient donc complices du gaspillage des deniers publics si tant est que ce qu’ils disent est vérifié», a écrit, sur sa page Facebook, le responsable politique d’Aj/Pads. Avant d'ajouter : « Le clavier et la souris, c’est bon, mais ce n’est pas ça qui change fondamentalement les choses. Qu’on ne se fasse pas d’illusions : si le dialogue en cours échouait à trouver des règles consensuelles de dévolution démocratique et pacifique du pouvoir, ce sont ces fameux soi-disant opposants qui sont au dialogue qui reprendront à nouveau la rue comme ils l’ont fait tout au long du septennat (2012-2019) de Macky Sall».

Dans la foulée, Mamadou diop "Decroix" explique que ce sont ceux-là qui ont été «constamment bousculés, gazés, arrêtés, envoyés en prison». « Où étaient les autres, héros du clavier et de la souris ? Pendant qu’on y est, pourquoi ne remplacent-ils pas les ''dialogueurs'' dans la rue ? En réalité, ils ne le feront pas parce qu’ils en sont incapables. Mais ils ne veulent pas non plus laisser les vrais combattants explorer la voie du dialogue ».

Le député de l’opposition d'estimer que le plus facile n’est jamais le meilleur chemin. « Bien sûr que le dialogue ne pourra pas non plus avancer de façon satisfaisante sans que le pouvoir ne mette fin à la manière forte en cours contre les opposants. Cette façon de faire est même une menace réelle pour la poursuite des concertations », prévient-il.


AYOBA FAYE

Vendredi 3 Janvier 2020 - 08:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter