Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



AMADOU LY, ACTEUR SENEGALAIS BASE AUX ETATS-UNIS : « Je suis un ‘Dëem’ (vampire) dans ‘twilight’»

Le Sénégalais Amadou Ly qui interprète le rôle de «Heenry» dans «Twlight», la saga des vampires qui a fait un chiffre d’affaires de plus d’un milliards de Dollars depuis sa sortie, a connu un parcours assez particulier qui ne présageait pas ce succès aujourd’hui. Né en 1988, le jeune homme qui vit à Hollywood, nous a raconté ses problèmes d’immigration qui ont presque causé son exclusion du territoire américain, ses études d’ingénieur en informatique, ses activités, ses films, entre autres.



AMADOU LY, ACTEUR SENEGALAIS BASE AUX ETATS-UNIS : « Je suis un ‘Dëem’ (vampire) dans ‘twilight’»
Qui est Amadou Ly ? Je suis Sénégalais, étudiant en ingénierie informatique aux Etats-Unis où je suis depuis l’âge de 13 ans. A mes 16 ans, j’ai commencé à avoir des problèmes de papiers, on voyageait quand on a eu un accident et là la police nous a renvoyés au service de l’immigration et cela durant deux ans. A mes 18 ans, j’ai participé au concours robotique avec mon équipe à New York parce que Dieu a fait que je m’y connais en technologie et j’ai gagné. Je devais par la suite aller à Atlanta, mais je ne pouvais pas partir puisque je n’avais pas de papiers et les services de l’immigration s’apprêtaient à me renvoyer au Sénégal. Quand le New York Times a écrit mon histoire, beaucoup de politiciens comme Hillary Clinton m’ont aidé pour que j’aie des papiers. Le président Wade m’a reçu en audience en 2009 et il m’a également beaucoup soutenu dans mes études dont il a payées une partie. Quel est votre niveau d’études ? Je termine bientôt, mais je n’étudie pas pour travailler. C’est plutôt pour avoir plus de connaissances, car j’adore étudier. A Hollywood, j’ai vu que je peux continuer à étudier en même temps être acteur parce que c’est quelque chose que j’ai toujours aimé depuis tout petit lorsque je voyais Amintab Bachan (Ndlr : Acteur Indou), des films comme Rosa la Sauvageonne. Je me suis dis que je pouvais m’y mettre. J’ai commencé à prendre des cours. Comment avez-vous atterri dans «Twilight» J’ai fait un casting pour cela et j’ai été pris dans ce film qui est actuellement numéro un partout dans le monde. Je suis un «Dëem» (vampires) dans «Twilight». Je bouffe les gens, je suis un vampire français aussi, c’est cela mon rôle. Et il y a une bataille qui se prépare entre les deux plus grands clans de vampires et c’est à moi qu’ils demandent s’ils doivent se battre ou pas. Je suis le juge, l’arbitre et mon nom est «Heenry». Avant «Twilight», faisiez-vous des films ? Oui j’ai fait de petits films d’étudiants à New York je faisais également des stages pour mes études, mais aussi dans mon métier d’acteur. On a tourné en Louisiane pendant deux mois et demi. On était là-bas avec le réalisateur et c’était ma première expérience dans un grand film. C’était comme un rêve qui est devenu réalité parce qu’en 2006, je regardais son film «Dream girl» avec Beyoncé et Jennifer Hudson. Et en ce moment, j’étais encore dans mes problèmes d’immigration et ce film m’a beaucoup influencé et donné du courage. Donc travailler avec lui, c’était un rêve qui est devenu réalité. Pensiez-vous jouer un jour dans un aussi célèbre film ? Je suis une personne qui rêve et qui croit fermement que son passé ne doit pas être son futur. Le futur doit être meilleur que le passé. En 2006, lorsque j’avais mes problèmes et que les gens se demandaient s’ils allaient me rapatrier ou non, je me disais : ‘laissez tombez, moi je reste ici’. Et je savais qu’un jour, je jouerais dans un film comme «Twilight». Car si tu crois en quelque chose, Dieu va t’aider. De ton côté, il faut juste travailler dur. Il y a des acteurs qui sont ici depuis 10 ou 20 ans et qui sont toujours dans l’ombre, alors que moi je n’ai fait que deux ans ici et j’ai crée la surprise. Mais cela ne m’a pas surpris moi parce que dans la vie tout est possible. Ce sentiment, je l’ai développé lorsque j’étais à Harlem parce que j’ai grandi en voyant Wil Smith, Denzel Washington, Oprah Winfrey qui ont réussi. Je me suis dis que je pouvais aussi en faire de même. Et ce n’est par arrogance, mais juste que je crois en moi. Donc lorsque «Twilight» est venu, je me suis dis : ‘vous n’avez encore rien vu’ (Rires…). On vous a payé beaucoup d’argent dans «Twilight». Combien ? (Rires…) Machallah, je dirais Alhamdoulillah et je suis content, surtout du soutien des Sénégalais, des journalistes. Je suis impatient de revenir au Sénégal l’année prochaine pour que je puisse manger du «Ceebu jën». Ma mère, Ndèye Awa Mbodj, mon père, Mamadou Ly, toute ma famille est au Sénégal, à Pikine Icotaf 3, où il fait bon vivre, un quartier de «Boule Faale». J’ai aussi une soeur à New York. Mais juste pour vous dire que jouer dans l’un des films les plus populaires et les plus suivis qui a rapporté plus d’un milliard de Dollars à Hollywood. Je ne vous dirais donc pas qu’on ne m’a pas bien payé. Depuis «Twilight», avez-vous eu d’autres contacts ? Oui ! Je discutais avec le réalisateur et le producteur pour un autre film qui s’appelle «Siwiming pool» et un autre aussi que je dois tourner en février prochain. Êtes-vous assez connu à Hollywood ? Oui ! Et c’est l’un des mauvais côtés de la célébrité. Tu sors et tu trouves des journalistes devant chez toi, les paparazzis qui te prennent en photographie. Ils ont hâte de te voir faire quelque chose que tu ne dois pas faire ou d’être avec quelqu’un avec qui tu ne devais pas être. Donc les gens commencent à me connaître, me félicitent, me demandent des autographes, etc. En plus des films, avez-vous d’autres activités Je fais de la publicité. Je suis un mannequin homme, mais nos parents Sénégalais, dès que tu dis cela, on te taxe de «Goorjigeen». Et ils me font rire d’ailleurs. Je fais tout cela parce que je crois qu’il faut marquer ses traces dans la vie. Si je vois Oprah Winfrey, Michaël Jackson et autres qui ont marqué de leurs empreintes cette vie, cela me motive. Etes-vous musulman pratiquant ? Bien sûr je prie, je jeûne parce que je crois qu’il faut donner à Dieu ce qui lui appartient. J’ai vécu des choses douloureuses (Ndlr : il fait allusion à ses problèmes de papiers), mais actuellement je suis quelqu’un qui aime sa vie, ‘ I love my life’. Donc avec les prix que j’ai remportés, les personnalités de grandes renommés que j’ai rencontrées depuis 2006 et beaucoup d’autres choses, je me dis qu’il faut que je remercie Dieu pour tout cela. Avez-vous une copine Sénégalaise ou Américaine ? Actuellement, je n’ai pas de copine. Sérieusement, je me concentre sur ma carrière et mes études. Les «Ceebu Jën Penda Mbaye» accompagnés de «Soul» et les «Dial Diali» (perles de taille), «Sougne ma dégué rey ma dé». Ce sont des choses que je ne peux oublier. Mais je sais que lorsque je me marierais, ma mère ne me laisserait pas épouser quelqu’une d’autre qu’une Sénégalaise. J’aime les Sénégalaises. Si vous suivez l’actualité politico sociale du Sénégal, qu’est-ce vous en pensez ? Sincèrement et honnêtement, lorsque je suis venu au Sénégal en 2009, j’ai vu des choses qui n’existaient pas avant. Je ne suis pas politicien, mais je dis ce que je pense. Mais qui choisira-t-on ou qui on ne choisira pas en 2012, je ne peux pas le dire parce que je suis un artiste. Mais amis ici sont des Sénégalais et j’entends ce qu’ils disent. Je lis aussi l’actualité. Les 23 qu’ils font à chaque mois, etc. Reste que ce sont les Sénégalais qui choisissent eux-mêmes parce que ce sont eux qui savent ce qu’ils vivent. Quels sont vos projets pour le Sénégal ou les Sénégalais ? J’aimerais créer une équipe de robotique lorsque je serais au Sénégal. C’est la fabrication d’un robot à partir d’un ordinateur et j’ai même voulu le faire en 2009, mais je souhaitais le financer moi-même. L’équipe pourra venir participer au concours et apprendre cela aux Sénégalais. Cela permettra de comprendre comment les Américains réfléchissent de ce côté là. Je crois qu’il n’y a pas plus important que les Africains. Je veux aussi jouer dans des pièces de théâtre au Sénégal avec des Sénégalais, puisque je suis un acteur. Je discute actuellement avec ma mère sur beaucoup de projets. Car je veux ouvrir une compagnie qui va aider les immigrés Sénégalais qui ont des problèmes ici pour prendre des avocats. Ça, c’est mon rêve.



Samedi 7 Janvier 2012 - 17:19




1.Posté par SY le 22/01/2014 22:15
Je suis trés content de toi.Mais continue sur cette lancée sa ira inchala. Que DIEU vous aide dans tout ce que tu entreprends !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >