Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Caisse d’avance : la lettre qui contredit Pape Diop

Soutien de Khalifa Sall, Pape Diop ne cesse d’assimiler le procès de ce dernier à une façon, pour le gouvernement, de freiner ses ambitions politiques. Et c’est dans ce cadre qu’il continue de soutenir que la caisse d’avance et les fonds politiques ne font qu’un. Ce qu’une lettre datant de 2002 qu’il avait adressée au ministre en charge du Budget au sujet de cette même caisse d’avance contredit.



Caisse d’avance : la lettre qui contredit Pape Diop
«Je pense que la caisse d’avance de la ville de Dakar constitue des fonds politiques. La pression que subit Khalifa Sall n’est comparable à aucune autre personne d’une institution», avait déclaré le prédécesseur de Khalifa Sall à la tête de la mairie de Dakar.

Mais, ces propos de Pape Diop ne sont pas en conformité avec ses faits alors qu’il était à la tête de l’institution municipale. En effet, dans une correspondance adressée au ministre du Budget, en 2002, il sollicitait l’annulation de l’exigence de pièces justificatives pour les dépenses relevant justement de la Caisse d’avance, informe Libération.

Requête qui avait reçu une fin de non-recevoir : «J’accuse réception de votre lettre visée en référence par laquelle vous avez bien voulu me demander d’annuler l’exigence de production de pièces justificatives pour vos ordonnances de la rubrique budgétaire dépenses diverses (Ndlr, la caisse d’avance). En retour, je vous signale que le contrôle préalable à l’exécution des dépenses publiques repose essentiellement sur l’exercice, par le comptable du Trésor et sous sa responsabilité personnelle et pécuniaire, d’un ensemble de  vérifications sur les pièces justificatives que l’ordonnateur est tenu de produire au soutien de ses mandats», relèvent nos confrères.

Toujours dans sa lettre-réponse, le chargé du Budget ajoute : «Au surplus, la réglementation oblige au comptable de ne pas se suffire intégralement de ces justificatifs, qui doit en outre, à chaque fois que de besoin, réclamer aux ordonnateurs ou administrateurs de crédits des certificats administratifs ou pièces justificatives supplémentaires. Par ailleurs, il convient de souligner que cette exigence de justification des dépenses des collectivités publiques n’est pas remise en cause par l’existence au niveau de la nomenclature des budgets des collectivités locales d’une rubrique budgétaire «dépenses diverses. En effet, aucune disposition législative ou règlementaire ne confère une quelconque confidentialité aux dépenses des budgets des collectivités locales qui ignorent la notion de «dépenses secrètes».

Ousmane Demba Kane

Mardi 13 Février 2018 - 13:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter